Sacrée meilleure femme chef du monde par Veuve Clicquot, Hélène Darroze était invitée au Café Calla du Mandarin Oriental du 22 au 26 septembre dernier. Entre deux coups de feu, elle nous parle de ses filles, de ses restaurants et de sa cuisine avec émotion.

Que représente pour vous le Prix Veuve Clicquot de la meilleure femme chef du monde 2015?
Beaucoup de bonheur et une vraie reconnaissance, un soulagement pour l’engagement de mon équipe. Un prix aussi prestigieux récompense un travail collectif et est un très grand plaisir. Par contre, le recevoir et monter sur scène pour un discours devant tous mes pairs fut un grand moment de stress!

Considérez-vous qu’il existe une sensibilité féminine en matière de cuisine?
Nous les femmes, nous cuisinons avec nos émotions, à l’instinct, avec une sensibilité différente de celle d’un homme. Celui-ci aura à cœur de démontrer sa technicité. Nous, nous misons sur l’émotion

Après Paris, vous avez décidé de vous exporter à Londres. Pourquoi ce choix?
J’ai ressenti, le jour où j’ai visité The Connaught à Londres, une vive émotion, un peu similaire à celle éprouvée dans le grand hall du restaurant de chez mon grand-père. Le lieu était lumineux, tout était parfaitement à sa place… Mais je n’étais pas prête. Paris me prenait beaucoup de temps, je venais d’avoir ma première fille et, surtout, je m’étais persuadée que je serais la femme chef d’un seul et unique restaurant. J’ai alors refusé l’offre. Mais, peu à peu, reconsidérant la chance d’une telle opportunité, j’ai accepté de faire du Connaught mon second lieu de travail.

Helene Darroze au Café Calla

Cuisinière, épouse, maman, cheffe d’entreprise dans deux pays, comment arrivez-vous à concilier le tout?
Je vous réponds d’emblée: grâce à une bonne organisation! Et à une équipe hors pair, qui me seconde autant à Paris qu’à Londres.

Votre cuisine en quelques mots?
Une cuisine avant tout de produits, simple, sans altération du goût ni technicité excessive. Je fais une cuisine d’auteur, tout simplement.

Vous étiez membre du jury de l’émission culinaire française «Top Chef» la saison passée. Comment parvenez-vous à trouver du temps pour concilier toutes vos activités?
J’ai décidé de rapatrier mes deux enfants à Paris, lieu de tournage de la nouvelle saison de Top Chef, qui débute en octobre, pour six semaines consécutives. Le plus important, évidemment, c’est le bonheur du travail bien fait.

Arrivez-vous à être étonnée par ce que proposent vos confrères?
Dieu merci, j’arrive encore à être surprise par l’innovation culinaire de mes confrères! Hélas, je n’ai pas toujours le temps de rendre visite à tous ceux qui m’intéressent.

www.helenedarroze.com

A propos de l'auteur

Christopher Tracy