Niels Ackermann > rezo.ch

© Niels Ackermann

Joachim Ziegler s’est prêté avec humour au jeu des questions dans le décor raffiné de l’Espace Connaisseurs de la magnifique boutique zurichoise. Sportif, cultivé, le sourire avenant, le CEO des boutiques Les Ambassadeurs nous parle de l’avenir.

Interview Siphra Moine-Woerlen | Photos Niels Ackermann > lundi13.ch

Un publicitaire a dit, il y a quelques années, qu’à 50 ans on se devait d’arborer à son poignet une belle montre. Qu’en pensez-vous?
Cela me rassure car je viens d’en acquérir une très belle pour mes 40 ans, issue de la série limitée «50 ans Les Ambassadeurs», spécialement créée par Panerai, Breitling, Ulysse Nardin, Girard-Perregaux, Greubel Forsey et Bovet.

Comment vous définiriez-vous en quelques mots?
Epicurien, gourmet, gourmand, avec une vision simple de la vie et un besoin régulier de sport, tel le vélo, le ski de fond, le ski. J’ai un grand besoin de me dépenser. D’ailleurs, chaque matin, je viens à vélo à mon bureau.

Quel est pour vous le comble du luxe?
Avoir la possibilité d’apprécier les atouts du luxe et la simplicité d’un lieu sans artifice aucun.

Qu’est-ce qui vous agace?
Ceux qui n’ont aucune passion dans la vie ou qui ne sont pas passionnés par leur métier.

Quel est votre principal trait de caractère?
Je suis un CEO calme de nature mais je peux aussi être impatient si cela ne fonctionne pas comme je l’entends.

Il y a cinquante ans, la première boutique Les Ambassadeurs ouvrait ses portes à Genève. D’où vient ce nom?
La première boutique, en 1964, fut ouverte dans les murs d’un ancien café, justement appelé le Café des Ambassadeurs, à la rue du Rhône. Le nom, judicieux, fut conservé, car il résume parfaitement notre mission et notre origine. —

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  CHOIX DE LA RÉDACTION, RENCONTRES par , Mots-clés: ,

A propos de l'auteur

Siphra Moine-Woerlen