BLAIR THURMAN

Blair Thurman Nite Owl, 2016 Acrylic on canvas on wood 37 × 80 × 9 1/2 inches (94 × 203.2 × 24.1 cm) © Blair Thurman Photo by Rob McKeever

25 janvier–17 mars 2017
La Galerie Gagosian a le plaisir de présenter de nouveaux travaux de shaped canvas de Blair Thurman. Il s’agit de la première exposition de l’artiste à la galerie en Suisse.

Les influences de Thurman vont du pop art au minimalisme en passant par la musique populaire, le cinéma des années 70 et les souvenirs de son enfance. Ses figures standardisées tirées des circuits de petites voitures de course, ses cadres architecturaux et ses compositions issues de la vie quotidienne revêtent un caractère nostalgique; le charme de l’enfance opère pour rendre ses structures abstraites géométriques plus idiosyncrasiques et accessibles. Thurman transpose les détails explicites de ces objets du quotidien dans le domaine subliminal de l’abstraction.

And now, a bubble burst, And now, a world

And now, a bubble burst, And now, a world, 2017, acrylic on canvas on wood, 184.2 × 137.2 × 12.7 cm (72 1/2 × 54 × 5 inches) © Blair Thurman. Photo par Rob McKeever.

En reprenant les motifs qu’il a utilisés précédemment et en ajoutant de nouveaux, l’artiste crée des peintures pluridimensionnelles qui rappellent les plaisirs de la route ou le grand écran de son enfance. Il élargit les boucles concaves des circuits de modèles réduits et les peint avec des couleurs fortes qui font penser aux teintes Spectraflame et aux décalcomanies des voitures miniatures Hot Wheels. Toutefois, ces références récurrentes commencent aussi à ressembler à des formes qui n’ont aucun lien entre elles, auxquelles il fait allusion dans ses titres tels que Shades of Pemberton (2016), Nite Owl (2016) et Hippie Car Spin-Out #3 (2017). Nite Owl, qui montre un motif inédit né de la forme abstraite d’un enjoliveur et développé à partir d’un de ses travaux sur les «masques», est composé de plans à la fois plats et incurvés, ses angles nets ressortant de la paroi; les panneaux orange, blanc et noir évoquent tant la peinture constructiviste que le graphisme de la course, alors que son titre et les coups de pinceaux laissés visibles incitent à imaginer que les deux cercles situés des deux côtés sont les yeux d’un hibou. Les références excentriques de Thurman et ses plaisanteries d’insider correspondent à sa motivation profonde de donner à la peinture un pourtour intérieur.

Bon nombre de mes peintures se superposent sur des travaux précédents. Si je fais une peinture et qu’elle me plaît, je veux la faire revivre … je me retrouve ainsi avec une lignée naturelle.

—Blair Thurman

Thurman permet au sentiment de se glisser dans l’objectivité. L’artiste Steven Parrino disait de lui qu’il était un «sensible à la pop». Marqué par l’influence de Frank Stella, d’Andy Warhol, de Nam June Paik et du même Parrino, Thurman participe au dialogue portant sur les limites de l’imagerie en allant à la recherche de sujets restés à l’écart de l’histoire de l’art et en les présentant au moyen de techniques formelles de reproduction, de couleur et de contour. Ces travaux sont statiques et, pourtant, leurs inclinaisons et leurs points de jonction débordent d’une énergie latente et imposent aux yeux de bouger rapidement autour d’eux, le regard stimulé remplaçant les voitures de course absentes. Thurman parle du style et de la signification de son travail comme étant «contenus dans sa signature»; lorsqu’il sonde l’intersection entre notre environnement culturel et nos fantasmes, il examine la mémoire et la poésie gravées dans l’acte même de regarder.

Blair Thurman est né en 1961 à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane. Il vit et travaille à New York. Il obtient son B.F.A. au Nova Scotia College of Art and Design, au Canada, et son M.F.A. à l’University of Massachusetts, à Amherst. Ses oeuvres figurent dans les collections du Centre national des arts plastiques à Paris, du Fonds régional d’art contemporain en France et dans The Syz Collection en Suisse. Ses dernières expositions individuelles comprennent le MAGASIN – Centre National d’Art Contemporain en France (2014) et le «Honeybadgers» à l’Oklahoma City Museum of Art en Oklahoma (2015). Le travail de Thurman a été présenté à la 46e Biennale di Venezia en 1995.

Galerie Gagosian
19 Place de Longemalle
1204 Genève

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  A LA UNE, AGENDA, ART & DESIGN par , Mots-clés: , , , , ,

A propos de l'auteur

Communiqué