La Galerie Gagosian a le plaisir de présenter une exposition de sculptures et de travaux sur papier qui couvre la carrière de Franz West.

De la sculpture abstraite et interactive au collage en passant par le mobilier, l’oeuvre polymorphe de Franz West possède un caractère à la fois enjoué et profondément philosophique. En manipulant les matériaux et l’imagerie du quotidien pour sonder la relation entre l’art et l’expérience sociale, il a radicalement transformé l’interaction entre dissimulation et mise à nu, action et réaction, dans la galerie et à l’extérieur de celle-ci.

Paßstücke, Franz WestL’exposition présente une évolution formelle et conceptuelle fondamentale dans le processus de création de West. Alors que ses sculptures en plâtre du début, connues sous le nom de Paßstücke (Adaptives), étaient faites pour être déplacées, touchées et manipulées en transformant les spectateurs en participants, ses travaux plus récents incorporent des matériaux plus fragiles comme le papier mâché ou les bouteilles en verre qu’il combine dans ses Labstücke (Refresher Pieces) au début des années 1980. En 1986, West a inversé l’élan qui marquait la sculpture de ses débuts en créant des oeuvres statiques qui donnent une impression de fragilité et de fluctuation en rejetant l’idée que la sculpture est une entité fixe et permanente détachée du monde du spectateur. Untitled (Triangolo n.1) (1988), une sculpture blanche en forme de diamant, est exposée sur un support en métal comme un joyau rare et déformé; Skeptik (1987) est composée de papier brun parsemé de pigments gris, noirs et couleur pêche ressemblant à un gros morceau de terre marbrée.

West invitait souvent d’autres artistes à participer à son travail, comme les sculptures sans titre peintes par Herbert Brandl: une longue lance bleue avec un bout pointu et un carré granité magenta. La couleur s’est encore intensifiée dans les oeuvres récentes de West; Sisyphos VIII (2002), une masse tachetée de papier mâché, polystyrène et carton, apprêtée élégamment avec des bleus et des jaunes éclatants.

Outre les sculptures, l’exposition comprend plusieurs collages où West a peint de manière sélective sur les images en isolant les gens et les objets de leur contexte pour mettre en évidence les liens scéniques discordants qui existent entre eux. Un ensemble de dessins intimes à l’encre et de collages datant du début des années 1970 révèle les racines viennoises de l’artiste et son habileté à représenter et à bouleverser la sexualité dans sa forme publique. En mêlant le banal et le mystique, le public et le privé, l’oeuvre de West met en place des combinaisons et des reprises qui continuent à se déployer dans l’espace entre le réel et l’imaginaire.

L’oeuvre de West est présentée à la 57e Biennale de Venise jusqu’au 26 novembre. Une grande rétrospective ouvrira ses portes au Centre Georges Pompidou à Paris en automne 2018, puis à la Tate Modern à Londres l’année suivante.

Gagosian Gallery
FRANZ WEST – WORKS 1970–2010
22 septembre–16 décembre 2017
19 Place de Longemalle
1204 Geneva

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  ART & DESIGN, CHOIX DE LA RÉDACTION par , Mots-clés: , ,

A propos de l'auteur

Communiqué