La Galerie Gagosian a le plaisir de présenter «Idee di Pietra», installation in situ de Giuseppe Penone dans le magnifique paysage alpin de Gstaad. Deux grandes sculptures d’arbres en bronze de la série Idee di pietra [Idées de pierre] ont été installées à flanc de coteau dans un pâturage situé au-dessus du village à côté de l’hôtel Le Grand Chalet.

Idee di pietra – Olmo (2008) et Idee di pietra – Ciliegio (2011) ont été présentées toutes les deux en 2013 au Château de Versailles lors de l’exposition consacrée à Penone. Comme l’indiquent les titres, ces sculptures uniques sont façonnées à partir d’un orme [olmo] et d’un cerisier [ciliegio]. En traitant les concepts de gravité, d’équilibre et d’échelle et en mêlant les matières synthétiques et organiques, Penone transforme les arbres, leur élégance innée et leurs formes organiques en les tordant, déconstruisant, creusant et déracinant. Il ajoute aussi des traces d’empreintes digitales, d’ongles, de fils de fer, de découpages ou de gros galets placés aléatoirement qui soulignent le caractère artificiel de l’art et l’effet de l’interaction humaine sur l’univers naturel.

L’arbre résume de manière exemplaire le contraste entre deux forces: la force de gravité et le poids de la vie dont nous faisons partie. Le besoin d’équilibre et la recherche de celui-ci, qui existent dans chaque être vivant et qui contrebalancent la force de gravité, transparaissent dans tous nos pas et dans tous les petits gestes de notre vie. C’est une pierre issue d’une rivière qui surgit au milieu des branches d’un arbre.
—Giuseppe Penone

Idee di Pietra engage une conversation entre la phénoménologie de la pierre, ses qualités physiques et esthétiques, et les arbres et leur décor montagneux. La base de la cime de chaque arbre enserre une grosse pierre venant du Piémont en Italie, maintenue fermement malgré la finesse des branches qui la soutiennent. Penone a sélectionné d’autres roches dans une carrière située dans le village voisin de Lauenen et les a placées dans la riche prairie sur laquelle les sculptures sont érigées pour mettre en évidence le processus de la formation des Alpes tout au long de l’histoire géologique.

Au cours de ses 40 ans de carrière, Penone a utilisé des formes et des matériaux naturels pour explorer la relation fondamentale et opposée qui existe entre l’homme et la nature. Protagoniste de l’Arte povera, Penone fait partie de ce mouvement artistique né à la fin des années 1960 en Italie qui a exploré l’utilisation de «pauvre», ou de banal, ou de matériau, en tant que dimension politique. De par sa caractéristique, l’oeuvre de Penone s’est développée pour devenir l’écho direct des forêts qui se trouvaient près de son village natal de Garessio en Italie; en repensant les cycles naturels de l’environnement, en les transformant, en les recréant et en interagissant avec eux, il a estompé la distance entre son moi physique et l’altérité de la nature. Dans ses sculptures, dessins et installations, la respiration, la croissance, la vieillesse et d’autres manifestations involontaires de la vie créent une congruence entre l’humain et la vie botanique et donnent leur forme et leur statut à ces sculptures vitales.

 

En parallèle à l’installation de Penone, la Galerie Gagosian présentera une sélection d’oeuvres en lien avec ces travaux du 30 janvier au 30 mars 2018 à Genève.

 

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  AGENDA, CHOIX DE LA RÉDACTION par , Mots-clés:

A propos de l'auteur

Communiqué