Prenez une grande inspiration…

Lancée en 2017 en or rose avec une lunette céramique noire, ainsi qu’en titane avec une lunette en céramique bleue, HM7 est de retour avec un boîtier en titane et une lunette verte en saphir, limitée à 50 pièces.

Après avoir repoussé les limites de la mécanique horlogère en se propulsant dans l’espace (HM2, HM3, HM6), dans le ciel (HM4) ou sur les routes et circuits (HM5, HMX, HM8), MB&F plonge dans l’eau avec Horological Machine N° 7, alias HM7 Aquapod.

Le design organique de la HM7 Aquapod, inspiré par une méduse, est contrebalancé par la mécanique horlogère logée à l’intérieur : un tourbillon volant central domine la construction verticale concentrique du mouvement et les indications se propagent autour, telles des vagues sur l’océan.

La HM7 Aquapod a pris vie sous la forme d’une méduse horlogère grâce à un moteur biomorphique dûment architecturé. Les méduses sont radialement symétriques, l’Aquapod aussi. Alors qu’une méduse s’alimente avec la nourriture saisie par ses tentacules, la HM7 tire son énergie d’un rotor de remontage automatique à tentacules.

Alors que les méduses ont un anneau nerveux radialement symétrique en guise de cerveau, l’Aquapod possède des anneaux radialement symétriques pour afficher les heures et les minutes. Alors que les méduses ont une ombrelle ou cloche pour tête, l’Aquapod arbore un imposant tourbillon volant qui régule l’énergie fournie par le rotor et la convertit pour afficher l’heure.

Les tentacules du rotor, façonnés dans un bloc de titane massif, forment une structure véritablement tridimensionnelle qui rend l’usinage et les finitions extrêmement difficiles. En dessous des tentacules, une masse en platine assure un remontage puissant et efficace.

Il y a en outre cette lunette. Bien que l’Horological Machine N° 7 ne soit pas une montre de plongée à proprement parler, elle se porte sans problème dans l’eau. MB&F a donc intégré l’élément que toute montre marine digne de ce nom doit posséder : une lunette tournante unidirectionnelle. Cependant, contrairement à toutes les montres de plongée existantes, l’Aquapod dispose d’une lunette indépendante du boîtier, qui flotte à l’extérieur telle une bouée de sauvetage.

Le mouvement à 303 composants, doté de 72 heures de réserve de marche, a été entièrement développé à l’interne par MB&F. Dans la construction sphérique tridimensionnelle, tous les mécanismes — du rotor de remontage à la base au tourbillon volant au sommet, en passant par le barillet et l’affichage des heures et minutes — tournent concentriquement à l’axe central. Les courbes du verre saphir extrêmement bombé se reflètent dans la forme des anneaux de l’affichage. Ils ne sont pas simplement plats et inclinés mais sphériquement incurvés et dotés d’une précision mathématique.

Enfin, comme beaucoup de méduses, la HM7 brille dans la nuit. Elle s’illumine non seulement comme on s’y attend, sur les chiffres des heures et des minutes, mais également autour du mouvement… L’éclairage se porte sur le tourbillon volant et, de surcroît, sur les tentacules du rotor de remontage que l’on peut voir également fonctionner de nuit.

HM7 Aquapod est disponible en 3 éditions limitées : titane avec lunette en céramique bleue limitée à 33 pièces, or rose avec lunette en céramique noire limitée à 66 pièces, et titane avec lunette en saphir verte limitée à 50 pièces.

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  A LA UNE, JOAILLERIE & HORLOGERIE par , Mots-clés:

A propos de l'auteur

Communiqué