Hysek poursuit son exploration de la Haute Horlogerie féminine. Après avoir dévoilé il y a un an sa toute première collection 100% maison dédiée aux femmes, Kalysta, la manufacture indépendante en révèle aujourd’hui une version Haute Joaillerie d’un style en phase avec l’esprit Hysek: novateur.

Il aura fallu virtuellement vingt ans pour que la manufacture Hysek se lance dans la création de sa première collection féminine, avec toute la maturité technique et esthétique ainsi acquise. Depuis 2016, Kalysta est devenue une réalité. Présentée à Baselworld, elle a d’emblée recueillie les suffrages pour ses qualités intrinsèques: un design de pure poésie autour du thème du papillon et de la lune, un mouvement 100% manufacture, des nombreuses variations de modèles offrant un large choix à ses clientes. Aujourd’hui, Hysek associe Kalysta à l’un des savoir-faire les plus exigeants: le sertissage. Ainsi est née la première version Haute Joaillerie de Kalysta, «Snowflake».

L’inspiration de ces nouveaux modèles est d’offrir un pendant aux premières versions, printanières. Elles offraient sur leur cadran des motifs floraux finement sculptés sur lesquels se déployait un majestueux papillon. Aujourd’hui, Hysek réinterprète ce cadran pour mieux accueillir un sertissage unique.

Dégradé, il s’articule autour d’un duo de tailles marquises et diamants disposés de manière concentrique : au centre du flocon et du cadran les pierres les plus grandes, en périphérie les plus subtiles. Le dessin général est celui d’un flocon de neige délicatement posé sur un cadran de nacre perlée. Chaque pierre est ainsi enserrée dans une fine dentelle constituée de plusieurs centaines d’alvéoles, soit par un sertissage étoile, consistant à dégager une langue de métal à l’échoppe, soit par un serti clos, technique utilisant un chaton, cette bague métallique qui vient enserrer la pierre par le dessous et lui sert de coussinet.

Pour parfaire cet exercice de sertissage, Hysek a déployé sur la lunette de Kalysta un serti neige. Il offre, par son caractère aléatoire, un caractère unique à chaque pièce. Il permet également à Kalysta de briller de mille feux différents, en fonction de l’angle qui renverra la lumière depuis chacun des diamants ainsi sertis. Hysek a également apposé un dernier rang de diamants sur le pourtour inférieur de la boite. Ainsi, au porter, ce sertissage visible à fleur de poignet offre la sensation d’une pièce intégralement pavée.

Côté mouvement, la Kalysta «Snowflake» bénéficie toujours du calibre manufacture HW61. Automatique, il offre une réserve de marche de 39 heures. A 3h se trouve sa couronne pour le régler. Hysek l’a dessinée en forme de Lune habillée d’un double diamant. Son cabochon, lui, est en authentique pierre de Lune.

Kalysta affiche à midi, dans un guichet dédié, les heures sautantes. Les minutes sont quant à elles indiquées par une marquise, tournant autour de la lunette sertie pour pointer l’heure juste. Sur la version Haute Joaillerie «Snowflake», ce saphir est entouré de deux papillons aux ailes évidées. Leur surface est polie miroir, ainsi que chacun de ses très nombreux angles rentrants, donnant à Kalysta tout son caractère d’authentique pièce de haute horlogerie.

Kalysta « Snowflake » sera disponible dans les tous prochains jours en quatre versions : titane ou or rose, chacune dotée d’un sertissage diamant ou saphir – diamant, pour un total limité à 32 exemplaires uniquement.

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  A LA UNE, JOAILLERIE & HORLOGERIE par , Mots-clés:

A propos de l'auteur

Communiqué