Cette nouvelle exposition sur le thème Art & Prison, cher à sa commissaire Barbara Polla,  est une manière d’aborder la question de la liberté. Cette dernière est tout à fait particulière dans la mesure où elle a été réalisée en étroite collaboration avec une prison, celle de Champ-Dollon.

Laure Tixier : « Champ Dollon a quelque chose du jeu de construction, c’est presque un tableau constructiviste ou cubiste. Son plan n’est pas facilement lisible, il est complexe, il évoque un personnage que l’on verrait à la fois de face et de profil, un gendarme peut-être, avec un casque et quelque chose entre les mains, peut-être des armes… » Avec ses créations abstraites ancrées dans le concret, Laure Tixier offre au spectateur, par l’intermédiaire des plans qu’elle revisite avec une puissance créative qui éclaire et nourrit la délicatesse d’autres parties de son oeuvre, une lecture possible du sens de l’enfermement.

Joana Hadjithomas & Khalil Joreige : « Khiam et Khiam deuxième partie, les deux films présentés dans l’installation, proposent un même dispositif : 6 anciens détenus, assis sur une chaise, parlent fixant la caméra. Lors du premier film, ce dispositif tentait de palier l’absence d’image. On entendait parler de ce camp dont on ne voyait jamais aucune image. Il y avait comme une impossibilité de la représentation. L’installation suggère que quelle que soit la prison, la création reste une indispensable condition à la survie.

Ali Kazma : La vidéo Prison a été filmée en Turquie, à quelques deux cent kilomètres à l’est d’Istanbul, un jour de neige. Ali Kazma a décidé d’emblée de ne pas filmer de prisonniers, mais de montrer l’architecture carcérale et par cette approche, la contrainte que la prison impose au corps. Pour Ali Kazma – comme pour Michel Foucault – la prison est avant tout un instrument de pouvoir, de pouvoir exercé sur le corps.

Robert Montgomery : Face à notre précarité, notre condition d’êtres fragiles et éphémères dont la force la plus grande est peut-être bien celle de l’expression, l’artiste en appelle à nos émotions, à un soulèvement des coeurs et des âmes. Plutôt brûlés que capturés ? Qui de nous préférerait vraiment être brûlé que capturé, si ce n’est les héros dont nous faisons rarement partie ?À l’entrée du Château de Penthes, l’oeuvre de Robert Montgomery nous parle du château lui-même et des prisons matérielles.

Patrick Tondeux : L’exposition « LA PRISON EXPOSÉE, Champ-Dollon à Penthes » offre, grâce à Patrick Tondeux, une chance exceptionnelle aux visiteurs : celle, notamment, de voir des portraits de détenus dans leur contexte de vie. Des détenus qui, contrairement à l’a priori qui motive en général l’absence ou le floutage des portraits – à savoir la nécessité de la protection de leur sphère privée – se sont sentis
valorisés lorsqu’ils se reconnaissaient sous les pinceaux de Patrick Tondeux. Dessinateur de presse, témoin privilégié des grands procès qui se déroulent en Suisse depuis des années, Tondeux s’est vu invité, en 2016, par le directeur de Champ-Dollon à dessiner la vie des détenus.

Victor Fatio : Le photographe « vit » dans la prison de Champ-Dollon, autour de la prison, depuis des années, en sa qualité d’assistant socio-judiciaire, et nous offre un regard sensible de l’extérieur vers l’intérieur, un « outside-in » qui nous enveloppe dans une atmosphère de solitude absolue, d’éloignement. La cellule semble attendre. La lumière nous rappelle cependant dans chaque image qu’elle est indispensable, non seulement à la photographie, mais au monde – à tous nos mondes, quels qu’ils soient.

Objets créés par des détenus : La prison de Champ-Dollon a mis à disposition de l’exposition, un certain nombre d’objets créés par les détenus. Ces objets sont pour la plupart contraires aux règlements internes de la prison, prohibés, et peuvent, au sein de la prison, donner lieu à des sanctions. Lorsqu’ils sont découverts, ils sont alors confisqués, mais certains sont conservés en tant qu’archives, comme des témoins de la créativité et de l’ingéniosité débordantes des détenus.

 

LA PRISON EXPOSÉE, Champ-Dollon à Penthes
jusqu’au 31 octobre 2018

Chemin de l’Impératrice 18
1292 Pregny-Chambésy
 http://www.penthes.ch/musee/

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  AGENDA, ART & DESIGN, CHOIX DE LA RÉDACTION par , Mots-clés:

A propos de l'auteur

Communiqué