Le mot du moment: Le THUG

Thug, thags, thagîs en sanskrit, qui signifie « menteur » ou encore « malfrat », était le petit nom donné en Inde à une secte d’assassins, connus jadis pour étrangler le plus souvent des voyageurs. Mais de là à établir un lien entre ces tueurs en série et nos racailles… il y a un monde. Dans le slang anglais, le thug est un voyou. Rendu populaire par le rappeur Tupac Amaru Shakur, assassiné en 1996, « thug life » est l’acronyme de « The Hate U Give Little Infants Fucks Everybody ». Un mode de vie confronté aux lois de la rue, des flics et de la violence. Contrairement à ce qu’on croit, 2Pac appelait surtout à l’accalmie de la miséreuse « vie de voyou ». Pour répondre à la montée de la violence parmi les gangs, l’icône rédige même un code de 26 règles à appliquer à la lettre. Avec une première mise en garde : les adeptes du mouvement finiront riches, incarcérés ou morts. Aujourd’hui, le mot thug est employé avec dérision, désignant ainsi une racaille ou un « bad boy » autoproclamé.

#Thuglife
Rebelle des bacs à sable, terreur des cours d’école, caïd ou encore petite frappe… le thug, littéralement « voyou », a fait son apparition chez les jeunes générations bercées par les années hip-hop. Une ceinture, pour quoi faire ? Fute dégringolant, le thug parle
le « verlan » et se nourrit d’insanités au vu du style de ses mauvaise fréquentations.

#ThugWife
Madame Thug aime les tatouages, les bijoux imposants et les gros bras musclés. Tête brûlée, le danger la fait vibrer et son amour du risque fait chavirer le cœur des voyous.

GANGSTA LAND
Rites, coups de feu et argent sale… bienvenue dans les bas quartiers, où règnent détresse sociale et fins de mois difficiles. Option de survie pour certains : appartenir à un gang. Aliénation, traquenard ou besoin d’appartenance… rares sont ceux qui réchapperont aux codes d’honneur. Le thug fascine. La recrue idéale ? L’ado un peu paumé, souvent en mal d’identité ou de liquidités. Autant de clichés que de vérités incarnés par les rappeurs US. Bling, substances illicites et bonne compagnie… la thug society n’a pas fini de trouver ses adeptes et de donner naissance à de pâles copies.

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  ART DE VIVRE & ÉVASION, CHOIX DE LA RÉDACTION par , Mots-clés:

A propos de l'auteur