L’exposition Nature Power présente à travers le regard de cinq artistes brésiliens et européens, différentes approches de percevoir la force de la nature. Niura Bellavinha, Denis Jutzeler, Victoire Cathalan, Mila Mayer et Mai-Britt Wolthers exprimeront selon leurs démarches créatives, leur rapport à la nature.

Jusqu’aux années 60, quand le Land Art est apparu au coeur des paysages grandioses de l’Ouest American, le rapport entre l’artiste et la nature se résumait à la représentation de celle-ci. Quasi inexistant dans les fresques du Moyen-Age, le paysage apparaît dans les tableaux de la Renaissance, où il devient fréquent de situer les scènes religieuses et mythologiques sur un fond de nature plus ou moins idéalisée. A cette époque, le paysage ne fait office que de décor aux personnages représentés. Il faut attendre le XVIIème siècle pour que des peintres hollandais tels que Rembrandt, Vermeer… se plaisent à représenter la nature qui les entoure, en s’appuyant sur une observation directe de la réalité.
Si le paysage tarde encore à devenir un sujet, c’est pour triompher avec les impressionnistes : il devient non seulement un genre à part entière, mais l’objet à lui seul de recherches déterminantes sur la couleur, la lumière, et l’espace. Par l’imitation du réel, l’artiste crée artificiellement des figures et des images qui éloignent le spectateur de sa vision réaliste. De cette façon, l’art permet de mieux appréhender la nature, et éventuellement, de transmettre de nouveaux messages. Les artistes traduisent leur émerveillement face à une beauté naturelle, qui n’a pas besoin de règle pour décrire une réalité en soi. L’oeuvre se suffit d’un geste, d’une technique propre à chaque artiste pour exprimer un sentiment, celui de l’homme face à une dimension supérieur qui évoque la mère de toute les créations. Si de nos jours, l’art continue de s’inspirer de la nature, un sujet inévitable faisant le lien entre production artistique et environnement naturel est la protection de celui-ci, ainsi que les recherches d’alternatives pour refreiner sa destruction. Préserver notre nature et contribuer à sa conservation est certainement le plus gros questionnement de notre époque. A travers leurs œuvres, les artistes participent à la remise en question fondamentale de notre mode de vie dans notre société contemporaine.

Espace L
23, rue des Bains – 1205 Genève – www.espaceL.net
Du mardi au samedi de 11h à 18h et sur rdv
Jusqu’au 28 octobre 2018
Vernissage le 13 septembre dès 18h.

Crédit image
Victoire Cathalan – Printemps – 2010 – Triptyque – Huile sur toile

A propos de l'auteur

Communiqué