Lorsqu’il crée Ethical Coffee Company en 2008, Jean-Paul Gaillard n’imagine pas encore qu’il va provoquer un tsunami chez Nestlé, le géant de la capsule Nespresso®. Aujourd’hui, avec une production annuelle de 350 millions de dosettes compatibles, il prévoit de dépasser rapidement son célèbre concurrent.

Reportage Patrick Galan

Ethical Coffee Company, CapsuleA près avoir quitté Nestlé en 1997, où « il s’ennuyait », passé deux ans aux Etats-Unis et géré d’autres sociétés, Jean-Paul Gaillard décide en 2007 de « revenir dans le café en capsule en étudiant d’abord le marché, l’état de la technique, la concurrence et les lois relatives aux brevets ». Il découvre alors qu’il peut, d’une manière tout à fait légale, développer une capsule compatible Nespresso® bio-
dégradable. C’est ainsi que naît en 2008 Ethical Coffee Company (ECC), dont le siège est à Fribourg et l’usine de fabrication en France voisine, à Ville-la-Grand. Le défi est d’offrir aux amateurs un excellent expresso italien en capsule, tout en respectant l’environnement, «l’ADN d’ECC», selon son créateur.

Des milliards de capsules
Les premières dosettes font leur apparition en 2009 sous des marques de distributeurs avec le groupe Casino (Casino, Leader Price, Monoprix, Franprix). L’appui d’un groupe fort est une décision stratégique et, immédiatement, la courbe du succès est exponentielle grâce à l’innovation et à la qualité du café. Et comme le précise avec malice Jean-Paul Gaillard, « si, malgré la libre concurrence, Nestlé a concentré tous ses efforts contre nous, c’est qu’on proposait un produit dangereux pour eux». Dans un marché où se pressent plus d’une soixantaine de concurrents et où se vendent environ 10 milliards de dosettes rigides haute pression type Nespresso®, on comprend que la bataille soit rude. Mais le président d’ECC n’hésite pas une seconde à affirmer que, «sans les entraves et les dégâts inestimables de l’affaire Nestlé, nous aurions déjà notre deuxième usine et nous produirions au minimum 1 milliard et demi de capsules! Nous disposons du seul produit qui soit supérieur en qualité à Nespresso®, lequel tient toujours 80% du marché. Mais notre objectif, c’est quand même 3 à 4 milliards de capsules.Jean-Paul Gaillard»

Philosophie et éthique responsables
Le développement durable est une question qui a interpellé le fondateur d’Ethical Coffee Company dès le début. En effet, les milliards de dosettes en plastique ou aluminium sont responsables d’une empreinte carbone déplorable et représentent des tonnes de déchets qui étouffent la planète. De plus, leur recyclage n’est pas efficace. Après deux ans d’études pour créer une capsule préservant l’arôme du café tout en minimisant l’impact sur l’environnement, le service R&D d’ECC est parvenu à mettre au point un produit à base de fibres végétales et d’amidon qui se dégrade rapidement. La formule, « entièrement biosourcée, ne comporte aucun polymère issu du pétrole, puisque même les colorants sont tirés de la nature ». La première capsule expresso compatible Nespresso® entièrement biodégradable est née.

Jean-Paul GaillardMode de consommation intelligent
Meilleur café, dosette biodégradable moins chère, comment l’équation est-elle possible ? Le volubile Jean-Paul Gaillard a la réponse : « C’est simple, nous avons peu de frais généraux, pas de boutiques, pas de publicité avec des stars de cinéma qui ne servent à rien ! Notre usine est fonctionnelle, elle n’a pas de marbre, de pièce d’eau, ni d’œuvre d’art. Nous avons juste choisi de mettre en valeur le goût du véritable expresso à l’italienne : une légère amertume, agrémentée de quelques notes acides et fruitées. Nos capsules incarnent un mode de consommation intelligent, moins coûteux et responsable. » Un conseil, pour terminer ? « La prochaine fois que vous dégusterez l’expresso d’une de nos capsules, faites surtout très attention à le boire en petite tasse, remplie idéalement aux deux tiers. En effet, et c’est la beauté du café en capsule, la conception de ce type d’expresso a été, à la base, exclusivement dédiée au vrai expresso à l’italienne. »

Tout à son succès, Jean-Paul Gaillard rêve d’une future implantation en France (du côté de Viry) et du jour où, comme dans certains Etats américains, un produit non biodégradable sera interdit s’il existe un produit équivalent biodégradable. Et, là, ses concurrents auront du souci à se faire ! —

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  RENCONTRES par , Mots-clés: , , , ,

A propos de l'auteur

Patrick Galan
Globe-trotter

Véritable globe-trotter, Patrick Galan sillonne le monde à la recherche de perles rares pour vous donner des envies d’évasion. Quand un avion décolle, il n'est jamais très loin...