Un homme affranchi

Réfugié en Floride depuis quatre ans, Paul Katrakilis préfère s’adonner avec une joie juvénile à la pelote basque, comme joueur professionnel, plutôt que d’être médecin malgré lui en sa contrée natale. Le suicide de son père sonne inopportunément le glas d’une existence rythmée de petits moments doux et imperturbables. Accompagné de Watson, le jeune chien qu’il a sauvé des eaux lors d’une de ces sorties en bateau qu’il accomplit volontiers,
en dépit de son mal de mer notoire, Paul se résigne à revenir dans le Midi de la France, le temps de s’acquitter de ses obligations. Dernier survivant d’une lignée d’incurables, il encaisse de plein fouet un passé nimbé d’étrangeté et de silences, qu’il s’est appliqué à mettre en veille depuis son exil, histoire d’y survivre. Un rien frappadingues et terriblement fantasques, ses parents, son oncle et son grand-père ont embrouillé la biographie familiale au-delà du concevable ; vivre dans une promiscuité équivoque ne fut pas la moindre de leur déraison. Le plus éprouvant pour Paul ne sera pas tant de renouer avec le souvenir de ses âmes crépusculaires et complexes que d’appréhender un héritage insoupçonné, aux conséquences les plus imprévues.

La succession
Jean-Paul Dubois, éd. de l’Olivier, 234 p.

Glas persan

Durant la longue attente d’une nouvelle qui pourrait être providentielle, Kimiâ, fille d’intellectuels iraniens téméraires et engagés, ouvre et sonde son carnet de famille. De Téhéran à Paris, au travers d’événements intimes et de faits publics brûlants, elle raconte l’épopée bouillonnante des Sadr, happés par les revers douloureux d’une réalité contemporaine en opposition avec tout principe de liberté.

Désorientale
Négar Djavadi, éd. Liana Levi, 347 p.

Sangs fouettés

Thomas est un amour d’homme qui a tout pour plaire et se réaliser. D’un tempérament fougueux, il est un amant des plus enthousiastes, et sa tête bien remplie pourrait lui valoir une éblouissante carrière professorale outre-Atlantique. Cependant, quelque chose en lui cloche. Une sorte de double-je pernicieux qui, d’abattements en frénésies extrêmes, le pousse inéluctablement vers un point de non-retour.

L’autre qu’on adorait
Catherine Cusset, éd. Gallimard, 291 p.

Faux-fuyants

Cinq hommes sont expédiés dans la vaste taïga pour capturer un prétendu criminel dont ils savent peu de choses. D’absurde, la traque devient exténuante, périlleuse. Tandis que les conflits éclatent sur un fond de peurs et de haines, le fugitif reste insaisissable. Jusqu’à ce que son identité se dévoile et engendre une nouvelle intrigue, laquelle aboutira à une expérience existentielle inattendue.

L’archipel d’une autre vie
Andreï Makine, éd. du Seuil, 283 p.

A propos de l'auteur

Christine Brumm
Buveuse de mots

Buveuse de mots jamais désaltérée, Christine Brumm sélectionne pour la page littérature de Trajectoire les meilleurs crus du moment: elle les absorbe, les presse amoureusement, histoire de proposer un condensé pur jus.