Cofondateur, avec Bernard Kouchner, de Médecins sans frontières, suivi de Médecins du monde, le chirurgien cardiaque, très attaché à ses racines helvétiques, voue sa vie aux causes humanitaires. Auteur de plusieurs ouvrages, il rend hommage, dans le récent La Glace à la vanille, à tous ces enfants du monde qu’il s’est employé à remettre sur pied.

Ses faits d’armes
Membre de l’Académie de chirurgie et professeur à l’Université Paris Descartes, le chirurgien n’a eu de cesse de «réparer» les patients, dans le monde entier. Les enfants de pays défavorisés en particulier, injustement condamnés faute de soins. Optant dès le début de sa carrière pour l’Assistance publique Hôpitaux de Paris, il n’est pas le petit-neveu d’Albert Schweitzer pour rien, ce théologien et médecin alsacien qui a voué sa vie aux lépreux, souvent cité en modèle. Associé aux premières heures de la chirurgie cardiaque avec les pionniers que furent Charles Dubost et Alain Carpentier, Alain Deloche a été jusqu’en 2010 à la tête du pôle cardiovasculaire de l’Hôpital européen Georges Pompidou.

Médecin du monde
Complice de Bernard Kouchner depuis ses études, il crée la Chaîne de l’Espoir en 1994, pour venir au secours des enfants condamnés par leur seul lieu de naissance. «Intégriste kouchnérien», comme il se déclare volontiers en tant que grand admirateur de son complice, il a fait de la solidarité le combat de toute sa vie.

Les enfants d’abord
«Quoi de plus beau dans notre métier que de sauver des enfants?» demande-t-il. «En 1953, la première intervention à cœur ouvert a été pratiquée sur un cas tel qu’on en rencontre beaucoup au Togo ou au Mali. Les malformations de naissance ont, en Europe, des taux fixes que l’on contrôle bien, car ils sont dépistés tôt. Il fut un temps où plus de la moitié – pour ne pas dire les deux tiers – de la planète comptait des milliers d’enfants cardiaques qui mouraient faute de soins ou étaient mal soignés. Grâce à la Chaîne de l’Espoir, nous partageons le savoir médical au Vietnam, au Cambodge, en Afghanistan, au Mozambique, où des hôpitaux sont créés.»

L’avenir: former pour mieux aider
Le professeur Deloche reste optimiste sur la relève. «La motivation des jeunes médecins est intacte et, surtout, ils sont tournés vers le lointain. Je donne des cours à d’excellents étudiants, très motivés. C’est réjouissant, même si j’ai tendance à leur rappeler qu’il est indispensable d’être bien formé avant de vouloir partir et qu’il leur arrivera de ne pas disposer sur place de la technologie dont ils bénéficient en France.» —

Dernier ouvrage paru: La Glace à la vanille, Cherche Midi, témoignage. 172 pages.

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  RENCONTRES par , Mots-clés:

A propos de l'auteur

Marie-France Longerstay

Experte en beauté, Marie-France Rigataux est aux petits soins avec nos lecteurs. Crèmes, soins, parfums, maquillage, tout est testé ainsi avec elle, plus rien n’aura de secrets.