Vernissage le dimanche 12 mars à 18h, en présence de l’artiste
Maison des Arts du Grütli, Espace Hornung

Les murs de l’espace Hornung au Grütli sont tapissés des photographies As a Black Man, inspirées de John Howard Griffin, journaliste blanc qui choisit de devenir noir, une transformation qui noircit son existence même. En 1959, Griffin effectue un voyage dans le sud des États-Unis dans le but d’y subir une série d’interventions destinées à noircir sa peau et à en faire un homme «noir». Griffin a poussé l’expérience de l’Autre au point de se transformer en lui.

Sur ce fond angoissant de racisme persistant, la série Blinding Light apporte l’espoir. Mounir Fatmi s’est inspiré, pour ce travail, d’un tableau de Fra Angelico intitulé La Guérison du Diacre Justinien. Le sujet en est un miracle posthume réalisé par Saint Côme et Saint Damien, deux frères jumeaux médecins, d’origine syrienne, convertis au christianisme, martyrisés et sanctifiés. Le diacre Justinien avait la jambe en perdition, alors les deux frères lui greffèrent, pendant son sommeil, la jambe d’un éthiopien reposant à Saint Pierre. mounir fatmi pose une fois encore la question de la singularité, de l’identité, de la greffe et notamment de la greffe culturelle. Et dans les miroirs qu’il nous offre, nous nous retrouvons nous-mêmes: nous humains et cette lumière aveuglante de notre propre réalité fantasmée.

En parallèle, à la galerie Analix Forever, sont montrées de mounir fatmi les vidéos History is not mine et The Darkening Process – ainsi que l’exposition RESILIENCE d’Abdul Rahman Katanani (jusqu’au 19 avril).

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  A LA UNE, AGENDA par , Mots-clés:

A propos de l'auteur

Communiqué