Du 28 février au 11 mars, Neopost Foofwa présente /Unitile à l’ADC. Dernier volet d’une série de pièces où le chorégraphe Foofwa d’Imobilité explore la modernité dans l’histoire de la danse, /Unitile tente de réanimer certaines gestualités et corporalités apparues à l’ère de l’industrialisation. Les interprètes s’y abandonnent parfois jusqu’à la transe, pour que ces gestualités, nouvelles en leur temps, retrouvent dans la réalité, leur force originelle et disruptive.

Au XIXe siècle, de nouvelles physicalités apparaissent à travers les sciences et les arts. En témoigne notamment l’étude des maladies de l’âme comme l’hystérie et d’autres pathologies, littéralement mises en scène au sein d’amphithéâtres, sous le prétexte de démonstrations scientifiques. La culture blanche et patriarcale butera longtemps sur ces corps troublants que sont celui de la femme, ou bien celui du Noir, assimilé aux instincts primaires quand il n’était pas cantonné au grotesque ou au divertissement. Malgré tout, dans le domaine des arts, Franz Liszt ose rompre avec les clichés bourgeois et semble donner libre cours à son génie à travers spasmes et mouvements anormaux. Comme si une profonde rupture de modèle sociétal invitait le corps à exister au-delà.

Confrontant les notions, a priori simples, d’utilité et d’inutilité, le chorégraphe replace au cœur de sa discipline les questions politiques et sociales, mais aussi les enjeux économiques inhérents à toute forme d’art. L’oxymore, ou l’union des contraires, tel que le préconisait Delsarte, se retrouve ainsi dans le processus de création. A la recherche d’un état de collusion intime, les onze danseurs de la Compagnie Neopost Foofwa, réinventeront leurs propres rituels, celui de l’immobilité et celui du mouvement. Et si l’imprédictible opère, /Unitile devrait provoquer une distorsion de l’espace et du temps.

 

28 fév. – 11 mars /Unitile
Création à l’ADC – Genève
Foofwa

 

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  A LA UNE, AGENDA par , Mots-clés: ,

A propos de l'auteur

Communiqué