Des femmes artistes racontées et des femmes qui racontent: temps forts de la vente d’été proposée par DognyAuction, un ensemble élégant et estival complété par de rares pièces de joaillerie et vintage.

Affaire de famille
Marie-Anne Lullin retrace l’histoire de la bourgeoisie genevoise à travers un cabinet Haute époque. Son nom ne vous est pas inconnu… puisque la famille Lullin, est connue aujourd’hui grâce à l’Espace Ami Lullin de la Bibliothèque de Genève, l’une des plus anciennes bibliothèques patrimoniales de Suisse. Une importante donation d’un fond de manuscrit lie encore son nom à la prestigieuse institution culturelle.

Flash-back
Les Lullin faisaient partie de l’élite genevoise et des familles les plus riches de la ville, comptant parmi leurs membres savants, magistrats et banquiers. Leur résidence urbaine, construite en 1707 par Joseph Abeille pour Jean-Antoine Lullin, devient par la suite la maison de la famille Saussure. Parmi les Lullin, on compte Ami Lullin (1748-1816), acteur politique iconique ayant lutté pour le retour à l’indépendance de la ville de Genève le 31 décembre 1813. Il en devient son premier syndic en 1814.
En 1840, âgée de 80 ans, Marie-Anne Lullin décide de retracer en 40 feuillets l’épopée familiale à travers l’histoire d’un cabinet italien. Ce meuble, compagnon de son enfance et de celle de son père les a suivis sur deux siècles mouvementés.
Cette pièce, estimée 10’000 – 15’000 CHF, est un cabinet italien Haute époque du XVIIe en ébène, à incrustations de fil d’ivoire, de placage d’écaille de tortue rouge, arborant des entrées de serrure en bronze à décor de double angelots et des mascarons en bronze de vases fleuris. Dévoilant des pilastres en bronze à décor de cariatides, des balustrades surmontées de médaillons baroques et d’angelots, elle fait rêver d’un temps passé, tout comme les lettres régulières et déterminées de la plume de sa propriétaire.

Marie Laurencin, icône de l’aventure moderniste
Admirée par Max Jacob, formée par George Braque et Pablo Picasso, aimée par Guillaume Apollinaire, Marie Mélanie Laurencin fréquente le cercle du Bateau-Lavoir et les grands interprètes des mouvements avant-gardistes du début du XXe: Max Jacob, Fernande Olivier, Maurice Reynal, Henri Rousseau, Jean Royère et Gertrude Stein, avec qui elle noue une relation amoureuse.
L’artiste, influencée principalement par le cubisme et le fauvisme, dépasse ces tendances pour adopter un style très personnel. Son œuvre est teintée de lyrisme, de finesse et de mélancolie; son «art du nymphisme» est parfois qualifié de suave. Elle évolue dans un environnement essentiellement masculin, telle «une biche parmi les fauves», et parvient à y faire sa place. Elle affirme son statut de femme-peintre, sans doute souligné par sa naissance non-reconnue, et fait de celui-ci le moteur de son œuvre.
Celle que l’on surnomme plus tard «La Dame du Cubisme» devient portraitiste officielle du milieu mondain, particulière¬ment féminin. Elle immortalise Coco Chanel, la Baronne Gourgaud, Lady Cunard… C’est en 1907 que Pablo Picasso lui présente Guillaume Apollinaire. De cette rencontre naît une liaison complexe et pro¬fonde. Apollinaire lui dédie de nombreux poèmes et elle lui consacre l’une de ses toiles majeures «Apollinaire et ses amis (1912)» parmi lesquels on reconnaît Pablo Picasso et Gertrude Stein.
En 1908, elle réalise le «Portrait de Pablo Picasso de profil» dont le graphisme asséché et une intemporalité géométrique se réfèrent aux arts primitifs. Formes simplifiées et touches en aplats, sans jeu d’ombre ni artifice. À partir de 1911, elle donne à ses modèles des corps allongés et anguleux.
Dans «Les Deux amies», œuvre estimée 15’000 – 25’000 CHF, on retrouve le même aplanissement du portrait, où une main, légèrement déformée, est comprimée entre un visage et le spectateur. Les formes féminines sont amincies, confinées dans un espace étroit.
Est-ce la mort de son compagnon, Guillaume Apollinaire, survenue la même année, en 1918, qui pousse Marie Laurencin à confiner ainsi ses personnages? Le silence s’interpose entre les deux modèles comme un voile transparent, en suscitant la question de l’autoportrait, caractérisé par l’artiste par une approche dénuée de vanité, apparaissant souvent de tête, paré de quelques accessoires, turbans, ou fleurs.
La Fondation Pierre Gianadda lui consacre une exposition «Cent œuvres des collections du Musée Marie Laurencin au Japon», en 1994.

L’exposition «Marie Laurencin» présentée par le Musée Marmottan Monet en 2013 est la première à être organisée par un musée français. Elle présente 92 œuvres de l’artiste, datant principalement de sa meilleure période (1905-1935), provenant également principalement du musée Marie Laurencin au Japon.
Marie Laurencin, témoignage éclatant de l’aventure moderniste de l’époque, femme, muse, poète, incarne avec délicatesse – toujours dénuée de complaisance – le raffinement et l’harmonie. Elle est aussi une icône rebelle, parle ouvertement de sa bisexualité, transgresse les genres artistiques, compose des poèmes en vers libres. Elle s’éteint à Paris en 1956. Selon ses dernières volontés, elle repose, tenant dans sa main, une lettre d’amour de Guillaume Apollinaire.

Mille et une merveilles
D’autres symboles d’amour feront partie de cet ensemble, dont cette bague en or gris par Benoît de Gorsky, présentant une émeraude en forme de coeur de la mine de Muzo en Colombie, réputée pour produire les émeraudes les plus pures au monde…Sertie de diamants, la délicatesse de cette pièce, estimée 5’000 – 7’000 CHF est exceptionnelle.
Ce somptueux collier en or de la maison Gübelin, estimé 3’000 CHF, à effet déstructuré, orné de 18 diamants, se porte à la base du cou, pour relever la grâce de cette délicate partie du corps.
Ces pièces sont complétées par un important ensemble de bijoux de grands noms et de créateurs.
De belles pièces vintage orneront cet ensemble, telles que ce sac à main Hermès Kelly en crocodile noir verni, estimé 3’000 – 4’000 CHF, ou ce sac pochette Hermès en varan du Nil, estimé 1’000 – 1’500 CHF… Avis aux rêveurs.

L’exposition se tiendra du jeudi 13 au dimanche 16 juin 2019
À l’Espace Montelly, chemin de Montelly 2, CH-1007 Lausanne

Pour plus d’informations: www.dognyauction.ch

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  AGENDA, ART & DESIGN, EVENT par , Mots-clés: , , ,

A propos de l'auteur

Communiqué