Comme chaque année, la Principauté bouscule le protocole pour quatre jours de rugissements mécaniques. La cité se transforme alors en un véritable circuit et accueille le plus fascinant spectacle que puisse offrir la Formule 1. Trajectoire revient sur ce spectacle magique que TAG Heuer a honoré avec sa collection spécial Ayrton Senna.

Par Stéphane Léchine

75 ans de Grand Prix
Né de la volonté du Prince Louis II et des pionniers du sport automobile de l’époque, le GP de Monaco voit le jour en 1929 pour promouvoir ce petit pays qu’est Monte Carlo. Le tracé rudimentaire emprunte alors, en toute simplicité, les rues qui bordent le port monégasque. Rapidement, la course acquiert ses lettres de noblesse, autant grâce à ses drames qu’à ses triomphes. On se souvient de voitures en flammes sur la grille de départ et des malheureux qui s’abîmèrent dans le port. Est-ce en compensation que les vainqueurs y sont encensés pour leur bravoure et leur dextérité? Car une victoire à Monaco s’écrit en lettres d’or dans un palmarès automobile, au même titre que les 24 Heures du Mans ou les 500 miles d’Indianapolis… Aujourd’hui cernée de grillages et de rails de sécurité, la piste est engoncée entre les bâtisses somptueuses du Rocher et le port encombré de yachts étincelants. Elle n’en reste pas moins un challenge absolu et la quête ultime des pilotes, pour qui la marge entre l’exploit et la sortie de piste se mesure en millimètres.

«Magic» Senna
A Monaco plus que partout ailleurs, Ayrton Senna, icône de la F1, écrivit sa légende par le record inégalé de six victoires et par la dimension mythique qu’il donna à la course. Alors jeune pilote, il s’y fit remarquer sous les trombes d’eau pour terminer 2e du Grand Prix. Sa première victoire monégasque, il y a tout juste trente ans, annonçait une prédilection pour le tracé urbain autant qu’une implacable domination à venir. L’année qui suivit le vit atteindre une perfection telle dans son approche du pilotage qu’il ne put expliquer sa performance autrement qu’en références mystiques… Las, coupable d’une distraction à la fin de la course qui lui était promise, il y perdit ses illusions, fracassant sa voiture contre les rails. Cette sortie de route, péché d’orgueil cruel et inattendu, renforça son intransigeance et son engagement pour l’excellence, en route vers cinq autres victoires consécutives.   

Editions spéciales
TAG Heuer, impliqué de longue date en Formule 1 et pour qui le pilote brésilien reste un ambassadeur, a choisi de rendre hommage à Ayrton Senna avec la déclinaison des modèles emblématiques de la marque en éditions spéciales. Les chronographes Carrera Heuer-01 et Formula 1 se parent de rouge et du fameux «S» stylisé de Senna sur le cadran et la lunette avec l’échelle des minutes. Chacune des montres conserve le bracelet avec les mailles en forme de S, référence en termes d’ergonomie et de confort, qui fut adopté en son temps par le champion. Ces très belles pièces, sportives et racées, feront la fierté des fidèles et nombreux admirateurs d’Ayrton qui souhaitent conserver vivace et intacte sa mémoire en portant à leur poignet un peu de la légende du sport automobile.

Au cœur de la F1
En déambulant dans le port surchargé et parfaitement organisé, il faut s’imprégner de l’ambiance si particulière qui règne à Monaco. Dans le paddock, l’alignement majestueux des motor-homes est tiré au cordeau; les somptueuses structures des écuries sont un havre de paix pour les pilotes et les membres de l’équipe. Les paramètres les plus complexes sont passés en revue jusqu’à plus soif, pour aboutir à la meilleure stratégie de course. Dans les stands, les mécanos, affairés autour des monoplaces, peaufinent la préparation et ajustent les moindres réglages. Chaque détail fait l’objet d’une attention extrême, tant la technologie sophistiquée des voitures requiert une précision absolue. On y répète aussi, en un ballet mille fois exécuté, le changement des pneus, qui sera réalisé en deux secondes et quelques lors de la course ! Tout le petit monde de la F1 est réuni dans cet espace hyper exclusif qu’est le paddock – Trajectoire y était! On y croise les pilotes au regard lointain, absorbés par la pression de la course, en route vers leurs obligations médiatiques. Patrons d’écuries, dirigeants, journalistes se rencontrent pour quelques discussions impromptues ou conciliabules; c’est ici que se font et se défont les carrières et où les jeux de pouvoir règnent en maître!

Spectacle de rue
Par contraste, les tribunes et le port sont les lieux de toutes les excentricités; à Monaco, il convient tout autant de voir que d’afficher son statut. Célébrités, fortunés et passionnés se pressent sur les yachts, aux loges des balcons et dans les gradins pour se délecter du spectacle et s’approprier un peu de la magie du tracé. Sur le ruban anthracite jaillissent les éclairs colorés des bolides lancés à toute allure; le fracas assourdissant des moteurs polarise toute l’attention des spectateurs. La proximité des voitures permet à l’œil avisé de distinguer la précision du coup de volant propre à chaque pilote ou plus simplement de frémir aux dérobades des voitures dont les roues frôlent les rails. En une histoire sans cesse répétée, la course punira les tentatives hasardeuses de dépassement, sanctionnera le moindre écart de trajectoire, torturera les mécaniques trop fragiles; pour ne couronner, en fin de compte, qu’un seul prince de la vitesse. —

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  ART DE VIVRE & ÉVASION par , Mots-clés:

A propos de l'auteur

Stéphane Lechine