Le 12 novembre 2014 à 17h03, lorsque le robot Philae se pose sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, la mission Rosetta, aboutissement d’un projet européen lancé vingt-et-un ans plus tôt, est saluée dans le monde entier. L’astrophysicienne Anny-Chantal Levasseur-Regourd, qui a participé à cette prouesse scientifique, nous explique l’importance de cette mission historique.

Interview Nicole Real

MISSION_ROSETTA_Ariane_5_stands_on_the_pad_at_the_ZL

Comment avez-vous intégré les équipes de la mission Rosetta?
J’étais responsable sur l’expérience de la sonde Giotto qui a survolé la comète de Halley. Après ce beau succès européen, nous nous sommes battus, à partir de 1986, pour que l’Agence spatiale européenne accepte non pas un survol, mais une mission de rendez-vous cométaire.

Quelle est la différence entre un survol et un rendez-vous?
Un survol ne dure qu’une demi-heure, voire moins; un rendez-vous dure deux ans.

Pour la mission Rosetta, quelle était votre fonction?
J’ai travaillé sur le radar Consert, chargé de sonder l’intérieur de la comète avec deux émetteurs-récepteurs placés sur le robot Philae et sur la sonde Rosetta.

Par rapport à la Lune, où se situent les comètes?
La Lune est très proche de la Terre, alors que les comètes sont beaucoup plus éloignées dans l’espace et dans le temps.

Quel était le but de la mission Rosetta?
Notre idée était d’aller récupérer, de ramener sur Terre et d’analyser un morceau de la glace très sombre que nous avions détectée en 1986 lors du survol de la comète de Halley.
Comment expliquez-vous cette couleur très sombre? Les petits composés moléculaires organiques sont fabriqués à partir de carbone aussi noir que du charbon, ce qui explique cette couleur surprenante.

Pourquoi cette découverte est-elle si importante?
Nous avons réalisé que les comètes ont piégé les molécules lorsqu’elles se sont formées, c’est-à-dire au tout début de l’histoire du Système solaire et avant même l’apparition des planètes. Ces molécules ont donc peut-être joué un rôle fondamental dans la naissance de la vie, car elles ont été pensées comme les briques nécessaires pour que la vie émerge au niveau des océans terrestres.

Trouver les origines de la vie, était-ce la finalité de cette mission?
Trouver les origines de la vie, c’est un peu prétentieux, restons modeste. La technologie actuelle a permis d’apporter de nombreuses réponses à une grande curiosité intellectuelle.

La mission Rosetta est-elle terminée?
Non, sauf catastrophe planétaire ou européenne à court terme, il est clair que la mission sera prolongée au moins de neuf mois en 2016.

Pourquoi seulement neuf mois?
Après le 13 août, la comète passera au plus près du Soleil avant de s’en éloigner progressivement. Il sera inutile alors de prolonger cette mission au-delà de l’automne 2016 car, en s’éloignant du Soleil, elle se refroidira de plus en plus.

Qu’est-ce qui vous a menée vers la recherche spatiale?
J’appartiens à une génération qui était jeune lorsque Spoutnik a été lancé. Les premiers vols d’astronautes et de cosmonautes autour de la Terre ont suscité ma curiosité. L’exploration spatiale est l’expédition par excellence des XXe et XXIe siècles.

rosetta

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  RENCONTRES par , Mots-clés: ,

A propos de l'auteur

Communiqué