¿Qué bolá Coco? Mardi 3 mai 2016, Karl Lagerfeld a présenté la collection Croisière 2016/17 de CHANEL à La Havane, sur l’île de Cuba: une historique et malicieuse révolution qui restera dans les annales du rituel printanier de CHANEL.

Le défilé eut lieu sur le Paseo del Prado, artère emblématique de La Havane et symbole des liens unissant Cuba à la France: le Prado fut redessiné en 1928 par un architecte-paysagiste français, qui posta à chaque croisement de rue huit spectaculaires statues de lions en bronze, l’animal fétiche de Mademoiselle Chanel. CHANEL s’est ainsi fondu avec humilité dans un décor prédestiné.

64 83 11_Cruise-2016-17-collection---Decor-pictures-by-Olivier-Saillant
11 75 16_Cruise-2016-17-collection-Finale-pictures-by-Olivier-Saillant
63 47 12_Cruise-2016-17-collection---Accessories-pictures-by-Anne-Combaz
60 12 01_Cruise-2016-17-collection---Accessories-pictures-by-Anne-Combaz
70 67 05_Cruise-2016-17-collection---Accessories-pictures-by-Anne-Combaz
86 24   13_Cruise-2016-17-collection---Decor-pictures-by-Olivier-Saillant
39 55 04_Cruise-2016-17-collection---Accessories-pictures-by-Anne-Combaz
37 31 06_Cruise-2016-17-collection---Accessories-pictures-by-Anne-Combaz
30 01 11_Cruise-2016-17-collection-Accessories-pictures-by-Anne-Combaz
10 20 10_Cruise-2016-17-collection---Accessories-pictures-by-Anne-Combaz

 

Le soleil couchant nimbait d’or les lions montant la garde ; le défilé démarra avec un premier passage affirmant une des lignes de force de la silhouette croisière: masculin-féminin, terriblement chic, un brin canaille. Veste masculine longue sur pantalon large à revers, chaussures plates bicolores, chemise ceinturée en tissu, panama réalisé par la Maison Michel incliné sur le visage altier de Stella Tennant. Dans cet esprit de modernité insolente, de féminité boyish, la «robe de débutante» selon Karl Lagerfeld fait jubiler: jupon volanté à étages en organza rebrodé motif feuillage, contrasté par un spencer lapidaire porté sur une chemise blanche cravatée.

Le fil rouge de la collection est une réinterprétation virtuose de la guayabera la blouse traditionnelle cubaine à poches, pattes sur les épaules et plis plats. Karl Lagerfeld la surnomme facétieusement le «smoking cubain».
Pour le jour, blouse vaporeuse, elle accompagne un pantalon chino roulé; le soir, la guayabera révèle son potentiel de sensualité, à travers une blouse transparente d’organza noir portée avec une jupe très ceinturée et évasée noir «sfumato» et vert amande.

74 81 53

Marche militaire totalement pacifique, avec d’adorables ensembles shorts-vestes en denim et tweed kaki, une veste martiale kaki en tweed frangé ou cette chemise à manches courtes et décorations fantaisistes brodées par Lesage et Montex.
Même énergie juvénile, même audace avec un petit cycliste noir délicatement strassé et rebrodé de camélias en «ombres chinoises» animé par un haut scintillant de palmiers multicolores.
Terriblement féminine et fluide, dansante en un mot, la collection multiplie les vestes et les robes à encolures très dégagées, les jupes crayons évasées libérant le mouvement pour une rumba hypnotique, et les robes aériennes: succès pour l’imprimé Buick, Oldsmobile et Cadillac aux couleurs de bonbons.

La palette est inspirée par les couleurs acidulées des façades baroques de la vieille ville: jaune, rose, orange, turquoise, vert vif, elles éclatent et miroitent sur les merveilleuses petites robes courtes pailletées et rebrodées, les robes – chasubles en tweed rebrodé orange corail. Même affirmation chromatique pour les robes bustiers à paillettes, manches ballons, à franges et plumes. Les teintes tabac et havane rappellent les tableaux du Picasso cubain, Wifredo Lam. Le noir et le blanc sont ombrés, nuageux, fumés.

Les ateliers ont réussi des prodiges: les broderies «végétales tropicales» sont d’un raffinement fou: grandes feuilles de Monstera Deliciosa prises entre deux voiles de tulle pour un subtil effet de relief, motif «cigare» quasi abstrait, perroquets de paradis sur ensemble robe longue – boléro en crochet beige à tomber de simplicité.
Et toujours le panama, sauf lorsqu’un béret noir intégralement pailleté évoque avec irrévérence celui du «commandante» Che Guevara!
Au diapason de cette collection follement spirituelle, claquettes de plage tressées, sandales arachnéennes portées sur socquettes coquettes, sac à dos en crochet, baluchons mous à motifs d’escargot local multicolore, et bien sûr, le réticule «boîte à cigares», clin d’oeil Cocohiba…

La soirée s’est poursuivie Plaza de la Catedral, dans Habana Vieja, le coeur baroque et hédoniste de la ville, devant San Cristobal, une des plus belles églises du XVIIIe d’Amérique latine. Dans un extraordinaire décor tropical où chaque meuble, chaque objet de décoration fut réalisé manuellement par des artisans cubains, les 600 invités parmi lesquels les ambassadrices de CHANEL Vanessa Paradis, Gisèle Bündchen et Alice Dellal, l’ambassadeur de CHANEL Gaspard Ulliel, les actrices Tilda Swinton, Marine Vacth, Alma Jodorowsky, Ana de Armas et Geraldine Chaplin, la productrice de musique Caroline de Maigret, l’illustratrice et mannequin Langley Fox Hemingway et la réalisatrice Deniz Gamze Ergüven ont chaloupé sur Septeto Habanero, Ibeyi, Rumberos de Cuba et écouté le DJ Hugo Mendez….Belle nuit havanaise, chaude et murmurante.

02_Cruise-2016-17-collection_Photocall-pictures-by-Stephane-Feugere_Tilda-SWINTON 04_Cruise-2016-17-collection_Photocall-pictures-by-Stephane-Feugere_Gisele-BöNDCHEN
07_Cruise-2016-17-collection_Photocall-pictures-by-Stephane-Feugere_Gaspard-ULLIEL--Gaelle-PIETRI 08_Cruise-2016-17-collection_Photocall-pictures-by-Stephane-Feugere_Alice-DELLAL
Ce contenu a été rédigé par Publié dans  MODE par , Mots-clés: , , , , , , ,

A propos de l'auteur

Communiqué