Juisqu’au 3 mai, le Musée de l’Elysée de Lausanne revient sur le travail du photographe américain William Eggleston, reconnu aujourd’hui comme le père fondateur de la photographie couleur. A travers ses clichés, l’artiste livre une vision inédite de l’Amérique des années 50. Supermarchés, bars, lieux abandonnés, personnages comme suspendus dans le décor, tout et particulièrement les détails attirent l’attention et l’objectif du photographe. Celui-ci est aujourd’hui reconnu comme le père fondateur de la photographie couleur.

Je devais me rendre à l’évidence que ce que j’avais à faire, c’était de me confronter à des territoires inconnus. Ce qu’il y avait de nouveau à l’époque, c’étaient les centres commerciaux – et c’est ce que j’ai pris en photo. »

A la fin des années 1950, Eggleston commence à photographier autour de chez lui, dans le sud des Etats-Unis, utilisant des pellicules 35 mm noir et blanc. Fasciné par le travail de Cartier-Bresson, il déclare à l’époque qu’il ne pouvait pas imaginer faire mieux que de parfaits faux Cartier-Bresson. II a finalement développé un style photographique personnel, qui viendra quelques années plus tard façonner son travail en couleur. C’est une vision inédite de l’Amérique quotidienne, banale, avec ses typologies : les supermarchés, les bars, les stations-services, les voitures et des personnages fantomatiques perdus dans l’espace, contrasent entre le vieux et le moderne. Présenté en 1976 au MoMA, le travail en couleur d’Eggleston marque un tournant dans l’histoire de la photographie.

ancient_h william-eggleston.girl_A travers une centaine d’épreuves en noir et blanc et en couleur, empruntées à différentes collections et au fonds de l’artiste, l’exposition William Eggleston, from black and white to color, propose de montrer l’évolution, les ruptures et surtout la radicalité qui peu à peu apparaît dans l’œuvre du photographe, alors qu’il aborde la photographie en couleur à la fin des années 1960. On retrouve parfois les mêmes obsessions, ou thèmes récurrents, comme les plafonds, la nourriture, l’attente et les cadrages basculés et non conventionnels déjà là dans ses premiers travaux.

tumblr_mk64l4QQ6P1qd23xso1_1280 William Eggleston, Untitled

Jusqu’au 3 mai au Musée de l’Elysée
William Eggleston, from black and white to color
18, avenue de l’Elysée
1014 Lausanne

A propos de l'auteur

Alexis Trevor
Webaholic

Fan de cinéma et de BD, Alexis est autant geek qu’adepte des nouveaux coins branchés. Entrez dans son univers déjanté.