Du haut de ses 46 ans, la superstar Pharrell Williams
enchaîne les projets atypiques et variés. Rencontre autour d’un projet artistique entre l’icône planétaire et la maison de cognac LOUIS XIII.

« Because I’m happy, clap along if you feel like that’s what you wanna do. » Avec son air entêtant et ses paroles faciles à chantonner même sans grandes connaissances anglophones, Happy – titre créé pour la bande originale du film Moi, moche et méchant 2 (2013) – fait un buzz monumental et propulse Pharrell Williams dans une sphère de popularité grand public encore inespérée et non atteinte jusque-là.

Pharell by Brian Bowen Smith photo Bank via Getty Images

Pourtant, celui qui semble avoir plongé dans la fontaine de jouvence n’a pas chômé depuis ses débuts dans la fanfare du collège et sa rencontre avec Chad Hugo, son acolyte d’un jour et de toujours, dans un camp d’été. Ils décident de monter un groupe de R’n’B, The Neptunes, et sont découverts par Teddy Riley, roi de la prod new jack swing, R’n’B et hip-hop, lors d’un spectacle de jeunes talents. « Je suis un type chanceux. […] Je suis novice, mais je veux les meilleurs maîtres », dira un jour Pharrell Williams à propos de son rôle inattendu de commissaire d’exposition à Paris (2014). Pourtant, ces mots résonnent comme s’il reconnaissait la présence d’une bonne étoile au-dessus de sa tête tout au long de sa carrière. Si l’oncle Teddy sera le premier à leur faire confiance niveau musique, The Neptunes s’imposent rapidement comme un duo de producteurs et explosent le billboard dès 2001 en sortant Britney Spears de sa torpeur adolescente avec le hit I’m a Slave 4U. Depuis, ils sont devenus une véritable machine à tubes internationaux, Shakira, Madonna, Justin Timberlake, Beyoncé ou encore les Daft Punk se bousculant pour faire appel à cette fabrique à succès. En 2003, un sondage américain avait estimé que 43% des chansons passant à la radio étaient des bébés Neptunes, le duo dénichant de nouveaux talents et dépoussiérant les artistes en perdition. Et comme si ce n’était pas assez, le couple d’inséparables – qui a empoché un Grammy Award de producteur de l’année en 2004 – a rêvé d’être sur le devant de la scène et l’a fait en fondant le groupe N.E.R.D., l’acronyme de No One Ever Really Dies.

Pharell Williams et Chad Hugo

Image Hosted by UploadHouse.com

Pharrell Williams semble véritablement avoir trouvé son élixir de jeunesse et d’immortalité quand on observe avec admiration le chemin parcouru depuis les plages de Virginia Beach : producteur et leader de groupe, puis chanteur solo, acteur, designer, icône et créateur de mode, ou encore concepteur d’oeuvre d’art et commissaire d’exposition… il faut croire que bosser, ça conserve. « L’art stimule la créativité, rend heureux aussi. »

A propos de l'auteur

Manon Voland