Entre deux cafés, interview flash du célèbre écrivain germanopratin.

 

 

Une chose que vous détestez chez les autres? Quand on m’interrompt.

Une chose que vous détestez chez vous? Quand je pérore sans être interrogé…

La première fois que vous êtes tombé amoureux? J’avais 6 ans, elle s’appelait Marie-Aline et c’était sur la plage de Guéthary. Je m’en souviens comme si c’était hier: c’était mon premier vrai baiser…

Une chose que vous vous interdisez? Je m’interdis de dire «par contre ».

Une activité que vous aimeriez faire plus souvent? L’amour.

Le meilleur conseil que l’on vous ait donné? Apprendre à dire non.

Le pire? Tu devrais faire de la télé.

Votre principal trait de caractère? La méticulosité, et d’ailleurs j’aime beaucoup ce mot.

Votre devise? Une phrase de Cocteau: «Ce que l’on te reproche, cultive-le, c’est toi.»

Etes-vous croyant? On va dire plutôt nostalgique de l’époque où je l’ai été…

Un cadeau que vous aimeriez recevoir? Des platines vinyles.

Un remède anti-stress? L’amour.

Un péché mignon? Le Moscow Mule – cocktail à base de vodka, de ginger beer et de jus de citron vert, le tout glacé et servi dans un mug en cuivre.

Un ennemi? L’ennui…

Finissez la phrase « j’aurais aimé être…». Roger Vadim.

A propos de l'auteur

Siphra Moine-Woerlen