Vernissage durant trois jours: 24, 25 et 26 mai.

La galerie Analix Forever déménage à Chêne- Bougerie, 6 rue du Gothard, juste en dessous de l’atelier AMI.

A cette occasion, performances, lectures, film, féminisme, fleur et nourriture terrestre et célestes.

Galerie Analix Forever – Rue du Gothard 10 – 1225 Chêne-Bourg

L’herbe entre les pavés. Elle est là, dans la cour de la nouvelle galerie. Elle est souvent littérale, dans les images exposées. Mais elle est aussi et surtout ce qui échappe aux pavés, ce qui s’évade du dur, ce qui fait vie plutôt que violence. Elle est l’essentiel contre l’insignifiant. Elle est l’écriture. Elle est la poésie. Elle est «l’herbe qui toujours repousse, qui toujours finit par dissimuler les cicatrices de la Terre, humaines, animales, végétales.»

«Qu’est-ce que vous voulez faire sinon rêver?» demande Genet, cité par Guillaume de Sardes, dans Genet à Tanger . Rêver — c’est l’herbe entre les pavés (et les roses dans les phallus). Je rêve de phallus comme d’autres rêvent d’herbe – Genet comme moi devait rêver phallus, j’en suis sûre, même tard dans sa vie, même malade, à Tanger.

L’herbe entre les pavés, c’est ce qui infiltre, ce qui résiste. C’est la vie et création, envers et contre tout. C’est la survie – la SURvie selon Derrida – modeste et joyeuse, discrète et résiliente, puissante et invisible – ou presque. C’est ce qui restera, toujours. C’est le passé: l’herbe était là, bien avant nous, des millions de millénaires avant nous – c’est l’à venir aussi, car elle repousse, toujours, partout, à Kara, à Tchernobyl, à Fukushima, après toutes les dévastations. L’herbe entre les pavés est subversion : elle parle de l’individu, elle parle au citoyen, elle se confronte et s’oppose au politique. Elle est, en silence, poélitique.

Et les roses dans les phallus ? Pour Céline Cadaureille, ce sont des roses qui se fanent dans verges suspendues, qui nous parlent de l’indispensable réinvention de soi quand on est féministe et qu’on devient mère – qu’on devient « parents ». Quand la seule manière de résister aux injonctions sociales des jeux de rôles est de se réinventer, encore et encore. Les roses dans les phallus, c’est la joie féministe qui fait feu de tout bois. Regardez la Mariée, comme elle regarde les verges. Une mariée sans tête, certes, mais quelle magnifique foufoune. Et comme elle regarde : sans retenue. Car La mariée n’était pas v(i)erge. La joie du sexe, pour les femmes d’aujourd’hui, c’est une herbe folle entre les pavés de l’être femme.

L’herbe entre les pavés, c’est aussi la vie d’ANALIX FOREVER moving art, depuis 28 ans. C’est mon admiration sans fin pour la création artistique et la vie.

  1. Paul Ardenne, L’histoire comme une chair, La Muette, 2012.
  2. Guillaume de Sardes, Genet à Tanger, Hermann, 2018.

Avec: Céline Cadaureille, mounir fatmi, Nikias Imhoof, Guillaume de Sardes, Laure Tixier, Guillaume Varone

Programme

Le vendredi 24 mai de 18 à 21h, vernissage, en présence des artistes

Lecture de textes de et par Nikias Imhoof et Guillaume de Sardes. Genet à Tanger. Apéritif sur la terrasse (et s’il pleut, dans la galerie)

Le samedi 25 mai

11h visite privée avec Barbara Polla de l’exposition « Art et presse, libres échanges » (commissariat Guillaume de Sardes)au Musée du Château de Penthes, sur inscription (barbara.s.polla(@)gmail.com ; limité à 10 places)

De 16 à 20h, vernissage à Chêne-Bourg, en présence des artistes et de Point Contemporain

Présentation, par Céline Cadaureille et Barbara Polla, de La Mariée n’était pas v(i)erge, du Nouveau Féminisme et des féminismes d’artistes. Avec la participation de Carine Bovey

20h : présentation et lecture de La clôture de Jean Rolin, par Laure Tixier ; ce texte décrit le boulevard Ney tel qu’il était au moment où Laure Tixier s’y est installée ; en lien avec ses « broderies » cartographiées de Paris.

Le dimanche 26 mai de 11 à 15h, brunch, en présence des artistes et de Point Contemporain 

Ouverture, par Marino Buscaglia : quelques mots sur 28 ans d’activité de galeriste…

Lecture, par Frank Smith, et projection exceptionnelle du Film des questions, du Film du dehors et de Un film à jamais.

Et pendant trois jours et nuits, recueil de matériel pour la création d’un album photographique sur l’herbe et les roses et les pavés et les artistes, par Guillaume Varone. Et création d’un film, par Gözde Mimiko Türkkan.

Forever. À jamais.

A propos de l'auteur

Communiqué