Faire fondre, ou diminuer des bourrelets, sans chirurgie, en détruisant certaines cellules graisseuses, c’est le challenge de la cryothérapie. Nous l’avons testée au spa de la Réserve, où le Docteur Valérie Leduc, diplômée de médecine vasculaire et de lasers médicaux, applique avec succès cette méthode non invasive qui remporte un réel succès.

C

e qu’il faut savoir avant tout c’est que le terme cryolipolise recouvre des traitements assez divers et, on peut le dire, plus ou moins efficaces. En choisissant la Cryolipolise Zeltiq, d’origine américaine, l’angiologue a mis toutes les chances de son côté. Détenteur de l’agrément décerné par le très sévère FDA (food and drug administration), l’appareil promet de faire disparaître entre 20 et 35% des cellules graisseuses. Fort du constat que les adipocytes (cellules graisseuses) sont ultrasensibles au froid, la partie concernée est exposée, durant une heure, à un refroidissement intense qui détruit les cellules. Celles-ci sont éliminées dans les semaines qui suivent. On compte un minimum de huit semaines pour un résultat optimal. Parfois plus.

Comment çà se passe?
Le bourrelet concerné (ventre, cuisse, genoux, …) est, durant une heure, aspiré par une grande ventouse (ou pince). Les dix premières minutes peuvent paraître «stressantes», mais il n’y a pas de douleur, plutôt une gêne face à l’inconnu, qui s’estompe après une dizaine de minutes. Le stress peut plutôt venir de la suite. Durant trois à quatre jours le ventre, dur, gonflé, donne l’impression d’être enceinte. Heureusement tout rentre dans l’ordre une semaine après et il ne reste plus qu’à …  patienter, pour visualiser les résultats. Il est donc important de faire une prise de mesure avant et après. Ce que le médecin fait pour prouver les effets du traitement.

Et moi, et moi, et moi
Il est évident qu’il est plus facile de venir à bout d’un amas graisseux à 30 ans qu’à 60. Mais même si le délai ne me permet pas encore de vous donner un chiffre précis, j’y crois. Au point que je pense aussi tenter le traitement pour réduire un estomac un peu «généreux» lui aussi. Comme le précise Valérie Leduc, en perdant un peu de ventre, on souhaite, dans la foulée, agir aussi sur l’estomac ou les éventuelles «poignées d’amour». Je le vérifie. Et ajoute un conseil: seul le Zeltiq a obtenu le marquage CE et l’agrément de l’agence de contrôle américain. Vérifiez donc qu’il s’agit bien de cette cryothérapie-là.

La Réserve
Route de Lausanne, 301, 1293 Bellevue

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  BEAUTE par , Mots-clés: , , ,

A propos de l'auteur

Marie-France Longerstay

Experte en beauté, Marie-France Rigataux est aux petits soins avec nos lecteurs. Crèmes, soins, parfums, maquillage, tout est testé ainsi avec elle, plus rien n’aura de secrets.