En mars, ça Dégenre!
Les 1er, 2 et 3 mars, Marie-Eve Musy se livre pour la première fois avec ses propres mots, sur la scène du Théâtre du Caveau à Genève.

Avec son spectacle Dégenre!, elle nous plonge dans la peau d’une femme qui a décidé de se battre contre les discriminations latentes, le sexisme silencieux. Une femme qui s’est choisi un partenaire de scène, pour rire, pour danser, pour le déconstruire et le remodeler… Pour l’occasion, Marie-Eve s’est aussi entourée de Mena Avelio pour les chorégraphies, sans oublier le duo de choc Jean-Luc Barbezat et Gaspard Boesch à la mise en scène.

Dans Dégenre!, Marie-Eve Musy navigue entre jubilation iconoclaste et émotion pour distiller ses propres réflexions, celles d’une trentenaire en quête d’harmonie à l’ère du numérique, du porno chic et de la démagogie. A l’âge de 30 ans, une déferlante d’inégalités vient la heurter de plein fouet. «L’école ne m’avait pas préparée à un tel raz-de-marée», dit-elle. Plutôt que sombrer dans la dépression, Marie-Eve choisit de cultiver ses talents et ses biceps… Elle écrit son premier spectacle sous l’œil affûté de son mentor Jean-Luc Barbezat et de son complice Gaspard Boesch, qui en co-signent la mise en scène.

Avec Dégenre!, Marie-Eve bouscule nos certitudes, révèle nos failles, nous provoque, nous questionne, toujours avec humour, et parfois avec dérision. Entre légèreté et profondeur, elle retrace son propre parcours, celui d’une petite fille modèle, devenue comédienne par rébellion contre un certain déterminisme. Elle nous entraîne dans une réflexion sur les fondements du genre et ses conséquences absurdes sur notre société.

Pour l’accompagner dans sa quête d’un absolu qui conjuguerait esthétisme et parité, un homme canon, une sorte de «mètre-étalon», la suit et personnifie ses délires, ses désirs, ses angoisses… De la naïveté enfantine, à la violence passionnelle, en passant par la séduction sensuelle ou brutale, la performance de Marie-Eve et de son partenaire, le danseur Vivien Hochstätter, illustre la complexité des rapports femme-homme. Grâce aux chorégraphies de Mena Avolio, les corps et les mots s’attirent, se repoussent, s’entrechoquent ou s’emmêlent dans leur tentative de conjurer le sort. Avec ce spectacle, Marie-Eve nous emporte dans sa recherche d’un nouvel équilibre entre femmes et hommes. Un équilibre qui nous rendrait toutes et tous plus heureux, et nous permettrait peut-être de mieux nous comprendre. Enfin.

Marie-Eve Musy: Dégenre!
Théâtre Le Caveau

Avenue de Sainte-Clotilde 9 – 1205 Genève
www.theatre-le-caveau.ch

 

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  RENCONTRES par , Mots-clés: , , , , , ,

A propos de l'auteur