Questions de temps:  Nicolas Bos, CEO de Van Cleef & Arpels

Nicolas BosA la fin du XIXe siècle, la fille d’un négociant en pierres précieuses rencontre le fils d’un diamantaire. Elle se nomme Estelle Arpels, lui Alfred Van Cleef.
Le jeune couple partage les mêmes valeurs: un esprit conquérant, un sens profond de la famille et une passion pour les pierres précieuses. En 1906, Alfred s’associe avec le frère d’Estelle, Charles, un vendeur talentueux qui dirige déjà avec succès une boutique installée place Vendôme. Deux ans plus tard, Julien, l’autre frère d’Estelle, les rejoint, puis enfin son troisième frère, Louis, en 1912. Au fil des années, Van Cleef & Arpels devient synonyme de créations joaillières sublimes et la société se taille une réputation mondiale. La maison est rachetée par le groupe Richemont en 1999 et est dirigée par Nicolas Bos depuis 2013.  Inventeur des «Complications Poétiques», Van Cleef & Arpels s’est aménagé une place à part dans le monde de la haute horlogerie. Le modèle Heure d’ici & Heure d’ailleurs rend ainsi hommage à Pierre Arpels, grand voyageur qui a donné son nom à une collection. Pour la première fois, cette dernière accueille une montre à complication se distinguant par un affichage double heure sautante et minutes rétrogrades.

Garde-temps préféré Heure d’ici & Heure d’ailleurs

Garde-temps préféré Heure d’ici & Heure d’ailleurs

Si le temps vous était conté ?
Il le serait par une princesse de conte de fées qui me ferait voyager dans un monde imaginaire et enchanteur. Son récit serait ponctué de créatures bienveillantes, de rencontres magiques et d’espoirs nouveaux avec, au terme de ce périple, le bonheur retrouvé et la promesse d’un amour éternel.

Si l’éternité vous était offerte ?
Je la passerais à contempler le mouvement des planètes, la révolution des astres et la fulgurance des étoiles filantes. Chaque jour, je chercherais du regard dans le ciel cette étoile tournant au rythme des heures et des minutes autour d’un Soleil en or rose et de planètes précieuses.

Temps perdu ?
Afin de ne plus le perdre, je ferais attention à l’attacher avec un cadenas, qui pourrait peut-être me donner l’heure. Ce garde-temps immortaliserait le souvenir de moments heureux, à jamais gravés dans l’éternité de l’or.

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  RENCONTRES par , Mots-clés: , , ,

A propos de l'auteur

Fabrice Eschmann
Gardien du temps

Journaliste spécialisé dans l’horlogerie, Fabrice Eschmann s’informe, sélectionne et interviewe pour que Trajectoire soit toujours en avance sur son temps.