Questions de temps: François-Henry Bennahmias, CEO d’Audemars Piguet

Francois-HenryBennahmias_2014Jules-Louis Audemars ouvre son atelier d’horlogerie dans la ferme familiale du Brassus, à la vallée de Joux, en 1875. Formé par son père, il prend la direction technique. Mais les commandes affluent et il se tourne vers un camarade de classe, Edward-Auguste Piguet. Les deux jeunes horlogers travaillent ensemble durant six ans pour assurer la direction commerciale et financière, puis officialisent devant le notaire la fondation d’Audemars & Cie le 17 décembre 1881.
Plus de 140 ans après, la manufacture est toujours en mains familiales avec, à la tête de son conseil d’administration, Jasmine Audemars, arrière-petite-fille de Jules-Louis Audemars. François-Henry Bennahmias, quant à lui, directeur de la succursale américaine durant treize ans, a pris les fonctions de CEO en 2012.
Au SIHH, outre un « concept watch » qui réinvente la sonnerie du mouvement à répétition minutes, la société horlogère du Brassus a présenté la Millenary Quadriennium, dotée d’une fonction très rare : le calendrier quadriannuel, aussi appelé calendrier bissextile. Ce dernier ne nécessite qu’un seul réglage tous les quatre ans.

Garde-temps préféré Millenary Quadriennium

Garde-temps préféré Millenary Quadriennium

Si le temps vous était compté ?
Si je n’avais plus qu’un mois à vivre – et en admettant que je puisse le vivre pleinement –, j’aimerais pouvoir réaliser deux choses. Premièrement, m’amuser et profiter : bien manger, bien boire, devenir un épicurien au carré. Et, deuxièmement, passer les derniers instants avec mes proches, les gens que j’aime.

Perdre son temps ?
C’est la chose qui m’énerve le plus ! Je suis un impatient de nature : je déteste les meetings trop longs, les transports, les gens qui s’écoutent parler… Je suis un fervent défenseur de l’efficacité. J’ai d’ailleurs introduit une nouveauté chez Audemars Piguet : le temps de parole en réunion.

Si vous deviez constituer un héritage ?
Il ne serait pas matériel. Ce que j’aime, ce sont les gens, quels qu’ils soient. L’héritage que j’aimerais laisser, c’est un souvenir, une trace, un exemple. Que l’on dise après ma mort : « Je veux faire comme lui, je veux suivre son exemple.»

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  RENCONTRES par , Mots-clés: ,

A propos de l'auteur

Fabrice Eschmann
Gardien du temps

Journaliste spécialisé dans l’horlogerie, Fabrice Eschmann s’informe, sélectionne et interviewe pour que Trajectoire soit toujours en avance sur son temps.