Sheila Hicks et son fil d’Ariane

Galerie Espace Muraille, Genève, illustration pour carton d'invitation

Jusqu’au 27 février, l’artiste plasticienne Sheila Hicks investit un appartement privé du XVIIIè siècle au cœur de la Vieille-Ville de Genève pour présenter Farandoulo, un labyrinthe de fibres colorées.

Tombée sous le charme de cet appartement aux volumes imposants, Sheila Hicks s’est amusées à jouer avec cet espace dépouillé en y transposant son univers fantasque. « Hormis dans mon propre appartement parisien, je n’ai jamais eu l’opportunité de réaliser une exposition personnelle et de présenter mes créations dans un lieu aussi élégant. Je suis reconnaissante aux Freymond de rendre possible le partage de cette expérience unique avec leurs amis à Genève. Notre vœu est de pouvoir réaliser un horizon d’harmonie et d’émerveillement », s’est enthousiasmé l’artiste.

 

Fil d’Ariane
L’exposition dévoile une trentaine d’œuvres, une farandole de textiles et des fibres colorées, auxquelles s’ajoutent des éléments divers comme des plumes, des bambous ou du fil de fer. « Notre priorité est de réaliser des projets en collaboration et en dialogue étroit avec les artistes que nous représentons et en fonction du lieu, relève Caroline Freymond, commissaire d’exposition et propriétaire des lieux. Il nous a semblé intéressant de confronter ce lieu encore vierge, mais riche en détails décoratifs et architecturaux, avec le travail contemporain de Sheila Hicks ».

Sheila Hicks Yaki, FarandouloChaque œuvre s’accompagne d’un récit et invite à pénétrer dans un univers singulier qui retrace les pérégrinations de l’artiste à travers le monde. Sheila Hicks a notamment revisité une œuvre de 2014 intitulée Torsades blanches, soit une suspension de lin et fibre acrylique de 5 mètres de long. On pourra voir également un petit tissage de coton, laine et soie, réalisé à Tanger en 1971, nommé Dégringolade.

Sheila Hicks Dora, Farandoulo

Parmi les autres œuvres exposées, citons notamment Farandoulo (2016), une série de disques en fibres synthétiques, fils de lin, laine et autres matériaux, avec armature en bois, Cascade Turquoise (1968-1973), une cascade de cordons en lin, coton et fibres dans des tons turquoises ; ou encore Cordes Sauvages (2011), un anneau en fer regroupant des torsades de coton enveloppées de lin, coton et nylon, riches en couleurs variées. Les titres des œuvres ne sont jamais anodins et évoquent tour à tour un lieu, un paysage, une matière soyeuse ou rebelle, des impressions, des émotions ou encore des anecdotes…

Farandoulo jusqu’au 27 février 2016
Rue Beauregard 8, 1204 Genève
Ma-Sa : 13h -18h  ou sur rendez-vous

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  ART DE VIVRE & ÉVASION, EVENT par , Mots-clés: , , , , ,

A propos de l'auteur

Andrea Machalova
Grande chineuse

Andrea déniche les bons plans dans le dédale de ruelles genevoises comme d’ailleurs et distille les news culture, mode et design pour partager le meilleur sur le web.