Chaque météorite contient sa propre part de miracle. Ces pierres survivent à la traversée de l’atmosphère et subissent un choc de température si brutal qu’il marque leur structure individuelle à jamais. Chacune est unique tout en faisant partie d’un tout, les astronomes supposant qu’elles proviennent d’un même corps parental qui aurait explosé voilà des centaines de millions d’années. Veine par veine, cette histoire se lit sur le cadran de la Tonda 1950 Météorite que dévoile Parmigiani Fleurier. Elle s’inscrit dans le sillage de précédentes éditions spéciales météorites, proposées alors en version bleu abyss et nickel noir.

La pierre dont est fait le cadran de cette nouvelle création est originaire de Suède, là où vient d’être découvert un fragment de bolide céleste à nul autre pareil, et qui pourrait bien éclairer les aspects importants du système solaire sous un nouveau jour. La Tonda 1950 Météorite présente de même un visage d’où le côté obscur s’est effacé au profit d’une tonalité claire.

Sciée selon un procédé mis au point par les cadraniers de la Manufacture qui ont pris en compte l’extrême dureté et l’inconstance de sa structure minérale, elle a ensuite été polie, puis traitée par attaque chimique pour faire ressortir les fameuses « figures de Widmanstätten ». Celles-ci résultent du lent refroidissement du métal sur une longue période. Révélées par une savante alchimie, elles strient chaque cadran d’un message énigmatique.

Le boîtier et la lunette de cette nouvelle Tonda 1950 sont en titane aux finitions polies. Difficile à usiner, ce métal dont les premières applications historiques se firent dans les industries aéronautiques et aérospatiales est apprécié par la Manufacture pour sa résistance et ses propriétés mécaniques permettant de concevoir des pièces légères et élégantes.

Telle est la signature de la Tonda 1950 Météorite, dont le boîtier de 7,8 mm d’épaisseur abrite le Calibre Maison PF 702 à remontage automatique. Avec 2,6 mm d’épaisseur seulement, il s’inscrit dans le spectre des mouvements extra-plats. Ses finitions réalisées en interne – platine en Maillechort sablée, perlée puis rhodiée, ponts décorés Côte de Genève et anglés main, roues anglées, moulurées, cerclées sur les deux faces puis dorées avant taillage – marquent son appartenance à la haute horlogerie.

Accents bruts de la météorite, énergie urbaine du titane et savoir-faire traditionnels forment une puissante alliance sur cette pièce animée par un calibre Maison tout en finesse. La Tonda 1950 Météorite est numérotée et gravée sur le fond de la mention « EDITION SPECIALE ». Elle est livrée sur bracelet Alligator Hermès noir brillant.

Pour accompagner ce lancement, la Manufacture Parmigiani Fleurier réédite deux autres modèles qui font la part belle à la pierre de météorite – l’un au cadran bleu, l’autre au cadran noir – des éditions spéciales au registre intense et mystérieux.

 

 

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  JOAILLERIE & HORLOGERIE par , Mots-clés: , ,

A propos de l'auteur

Communiqué