25 ans de bonheur chez Hermès!

Véronique Nichanian designer hermès homme magazine trajectoire de luxe suisse n° romande suisse romandie interview

Aux commandes du prêt-à-porter masculin depuis deux décennies et demie, la séduisante créatrice, également directrice artistique de tout l’univers viril, incarne à merveille ce style «maison» inimitable, parfaite incarnation de l’élégance et du raffinement. Véronique Nichanian nous reçoit à Paris dans un bureau à son image: lumineux et fleuri.

Texte Marie-France Rigataux | Photos Carole Bellaïche

Jeune diplômée de l’Ecole de la chambre syndicale de la couture, Véronique Nichanian intègre, dès sa sortie, en 1976, la maison Cerruti. Conquis par son talent, Jean-Louis Dumas lui confie le prêt-à-porter masculin douze ans plus tard. L’homme qui sait débusquer les talents a vu juste. Repérant en elle toutes les qualités exigées par sa maison, il fait confiance à une vraie personnalité, raffinée et sensible, capable de flairer l’air du temps. D’imaginer, pour une clientèle exigeante, un vestiaire harmonieux, sophistiqué, certes, mais aussi confortable, taillé dans les matières les plus luxueuses. Le temps passe, le style reste. L’excellent chiffre d’affaires en témoigne. Supérieur, même, au prêt-à-porter féminin. Parfaitement maîtrisé par une femme épanouie, heureuse, qui ne tarit pas d’éloges à l’égard d’Axel Dumas, désormais aux commandes du groupe
Hermès et de Pierre-Alexis Dumas, directeur artistique de la marque. Il faut avouer que dans une époque qui, trop fréquemment, fait du changement systématique de personnalités une méthode de management, il est rare de découvrir une telle harmonie entre une enseigne et l’une de ses stylistes.

Véronique Nichanian designer hermès homme magazine trajectoire de luxe suisse n°1 romande suisse romandie interviewVéronique Nichanian designer hermès homme magazine trajectoire de luxe suisse n°1 romande suisse romandie interview

Si vous deviez définir, en quelques phrases, le style Hermès, que diriez-vous?
Des tissus exclusifs, fabriqués pour nous, que je vais chercher principalement en Europe, dans les endroits d’excellence. Souvent en France et en Italie, mais aussi en Irlande, pour les tweeds. Les plus beaux cuirs, le cachemire mais aussi le mélange des matières, pour autant qu’elles soient nobles, car je n’ai aucun cliché dans la tête. Les hommes voyagent, prennent l’avion, aspirent à ce que leurs vêtements ne soient pas trop froissés. Pourquoi se priver de Lycra ? De certains polyesters magnifiques pour les pièces d’extérieur ? En gardant, contre la peau, les matières naturelles. Le confort est primordial. J’y travaille beaucoup. Même si les vestes sont déstructurées, qu’elles n’ont ni doublure ni épaulettes, j’ai envie qu’elles tombent bien sur le corps.

Véronique Nichanian designer hermès homme magazine trajectoire de luxe suisse n°1 romande suisse romandie interview

Véronique Nichanian designer hermès homme magazine trajectoire de luxe suisse n°1 romande suisse romandie interview

 

Etes-vous fidèle à un processus créatif?
Oui, l’inspiration me vient d’une gamme de couleurs. En tout cas, elle est le point de départ. Une carte de couleurs, une histoire. Ensuite, les étoffes. J’ai cinq assistants au studio, auxquels je souffle les grandes thématiques. Je fais quelques croquis, comme je l’ai fait pendant des années, mais, surtout, je leur explique ce que je souhaite et ils me font des tas de propositions. Par contre, je choisis toujours les tissus moi-même. Il y a des tâches que je ne délègue pas. Mais je n’ai pas le cliché d’un « homme Hermès ». Je peux être inspirée par quelqu’un que je croise lors d’une exposition ou dans la rue, mais je ne me projette pas sur un homme en particulier. Mon travail part du vêtement. D’un vestiaire pour différentes circonstances. C’est pour cela que les grandes villes m’inspirent beaucoup. On voit les silhouettes dans le mouvement, dans l’action.

Véronique Nichanian designer hermès homme magazine trajectoire de luxe suisse n°1 romande suisse romandie interviewVéronique Nichanian designer hermès homme magazine trajectoire de luxe suisse n°1 romande suisse romandie interview

En vingt-cinq ans vous avez du percevoir une évolution intéressante.
Oui, bien sûr. Les hommes sont plus originaux, ils se font plus confiance et, surtout, font plus attention à leur silhouette, à leur esthétique. Leur goût pour le sport a changé les mentalités. Ils ont appris à porter de la couleur. Je m’intéresse beaucoup aux matières innovantes.

Véronique Nichanian designer hermès homme magazine trajectoire de luxe suisse n°1 romande suisse romandie interviewVéronique Nichanian designer hermès homme magazine trajectoire de luxe suisse n°1 romande suisse romandie interview

On repère du jaune dans la nouvelle collection.
Oui, et du rose indien pour des pantalons en gabardine. Deux éclats de couleur au milieu des touches foncées. J’aime bien jouer la couleur : ça bouscule un peu ! C’est moins attendu que chez les femmes. Heureusement les hommes sont un peu plus fantaisistes. Ils se rendent compte qu’on peut aussi être crédible sans porter de costume-cravate. Même les banquiers suisses (elle rit).

Véronique Nichanian designer hermès homme magazine trajectoire de luxe suisse n°1 romande suisse romandie interview

Véronique Nichanian designer hermès homme magazine trajectoire de luxe suisse n°1 romande suisse romandie interview

Quels seraient pour vous les pièces incontournables d’Hermès?
Un vêtement en cuir, blouson, veste, caban, manteau, dans les peaux les plus exceptionnelles. Une chemise blanche en popeline de coton. Un costume en flanelle grise, flanelle de cachemire ou de laine. Une cravate, aussi. Bien sûr, nous avons également développé la soie car nos compagnons portent de plus en plus de foulards et d’écharpes, mais nous pensons aussi à tous ceux qui apprécient la cravate pour son côté chic. Avec les surteints, on arrive à traiter les petits animaux avec plus de discrétion. On propose une nouvelle largeur : 7 ou 8 cm. Ils peuvent toujours la porter un peu déserrée pour une allure nonchalante.

Véronique Nichanian designer hermès homme magazine trajectoire de luxe suisse n°1 romande suisse romandie interview

Véronique Nichanian designer hermès homme magazine trajectoire de luxe suisse n°1 romande suisse romandie interview

Des conseils à donner pour éviter les faux pas?
Je suis assez tolérante : mieux vaut un faux pas, une faute de goût qu’une gravure de mode qui manque de personnalité. Quelqu’un qui rentre dans une boutique et se compose un total look. Je préfère un homme qui associe mal une cravate ou fait des choix bizarres à quelqu’un qui ne révèle rien de lui-même. J’ai un regard plutôt tendre. Je ne juge pas les hommes. D’ailleurs, lorsque je descends dans la boutique, je les trouve souvent attrayants. La séduction, c’est le charme. L’homme de ma vie ? Il n’a pas besoin de moi. C’est quelqu’un de raffiné mais, bien sûr, je lui fais des cadeaux.

Votre longévité va-t-elle montrer l’exemple? L’habituel mercato des stylistes va-t-il ralentir?
Cela va dépendre des maisons. Et des créateurs. Comme dans un couple, il faut que les deux s’entendent. Que les stylistes soient épanouis et que la maison s’y retrouve. A la fin de ce défilé, une fête a été organisée pour fêter mes 25 ans de création. Comme une fête de famille. Pour avoir des amis dans d’autres maisons, je sais qu’Hermès est un cas à part. Bénéficiant d’un état d’esprit très particulier institué par Jean-Louis Dumas et perpétué par Axel, son neveu. La passion de l’objet, de la main de l’homme, l’envie aussi d’emmener le groupe vers l’avenir, tout en respectant les valeurs. Nous sommes heureux dans cette maison. Nombre de collaborateurs y sont depuis vingt-cinq ans, voire plus. Un ami philosophe, Dominique Quessada, m’a fait un très beau compliment récemment. Me traitant de « ralentisseuse de temps » parce que mes vêtements durent longtemps. —

Ce contenu a été rédigé par Publié dans  MODE, RENCONTRES par , Mots-clés: , , ,

A propos de l'auteur

Marie-France Longerstay

Experte en beauté, Marie-France Rigataux est aux petits soins avec nos lecteurs. Crèmes, soins, parfums, maquillage, tout est testé ainsi avec elle, plus rien n’aura de secrets.